miércoles, 20 de mayo de 2009

Santiano



Voilà, c'est le "fameux trois-mâts" !!! Un clin d'oeil pour 1) les heures de l'insolente jeunesse et des amitiés vives 2) les heures délicieuses, tout au long de la vie, à construire des châteaux en Espagne 3) les heures insouciantes et gaies à marcher en chantant à tue-tête 4) les heures de moins insolente jeunesse mais d'également impérieuse joie de vivre etc etc...

El vaixell dels tres mastils dels meus anys de joventut, el vaig veure l'altre dia amb una llum vibrant de primavera i vaig començar a cantar en veu alta i feliç - feia temps que no cantava al carrer ! he de tornar a "camicantar", caminar cantant ! m'agradava tant i fa un bé !

Je vais reprendre l'habitude de "marchanter", marcher en chantant, ça fait tellement de bien, allez, un petit Santiano pour la route !

Santiano ( Hugues Aufray ) : http://www.youtube.com/watch?v=5uY8oByaVH8

C'est un fameux trois-mâts fin comme un oiseau.

Hisse et ho, Santiano !
Dix-huit nœuds, quatre cent tonneaux :
Je suis fier d'y être matelot.

Refrain:
Tiens bon la vague tiens bon le vent.
Hisse et ho, Santiano !
Si Dieu veut toujours droit devant,
Nous irons jusqu'à San Francisco.

Je pars pour de longs mois en laissant Margot.
Hisse et ho, Santiano !
D'y penser j'en ai le cœur gros
En doublant les feux de Saint-Malo.

Refrain

On prétend que là-bas l'argent coule à flots.
Hisse et ho, Santiano !
On trouve l'or au fond des ruisseaux.
J'en ramènerai plusieurs lingots.

Refrain

Un jour, je reviendrai chargé de cadeaux.
Hisse et ho, Santiano !
Au pays, j'irai voir Margot.
À son doigt, je passerai l'anneau.

Tiens bon la vague tiens bon le vent.
(Tiens bon le cap tiens bon le flot.)
Hisse et ho, Santiano !
Sur la mer qui fait le gros dos,
Nous irons jusqu'à San Francisco.

Fins molt aviat, à +, Muriel

No hay comentarios:

Publicar un comentario