domingo, 29 de noviembre de 2015

Clins d'oeil en plein automne, clichés de otoño...


un marron, automne 2015, Muriel

une citrouille - ou potiron ou coloquinte ? - automne 2015, Muriel

À bientôt, hasta pronto, Muriel

domingo, 22 de noviembre de 2015

Fulles seques...

Passejar pels boscos a la tardor és un plaer de tots els sentits ! La vista, l'oída, l'olfacte, el tacte i el gust, tots cinc s'hi troben gratificats. Els meus darrers passejos pel bosc de Sénart m'han omplert de joia dolça. Retrobar-me amb el "meu" roure amic (uns 45 anys d'amistat totalment desinteressada, o sigui d'amistat punt, me'l fan "meu", o no ?), abraçar-lo (i, de pas, constatar que si bé fa molts anys el podia abraçar tot sencer, ara falten uns 50 cm) va ser un plaer de l'ànima, un supra-plaer ;-) 

L'Ami Chêne, forèt de Sénart, Muriel

El gust ? El de les castanyes crues, per exemple...
L'olfacte ? L'olor a sotabosc, terra humida, fulles mortes mullades i bolets...
El tacte ? Els troncs d'arbres variats, roures, castanyers, bedolls...
I l'oída ? L'oída ! Els ocells, quants ! i els conills fugissers... i la música dels propis passos sobre les fulles mortes, la catifa gruixada de fulles caigudes... 


Arabesques d'automne dans le ciel, forêt de Sénart, Muriel

La vista ? Doncs, els colors de la tardor són meravelloses, els arabescos de les branques mig despullades al cel i la dansa de les fulles com cauen... El poeta Àngel Guimerà deia que "feien sardana" :-)

El poema, Fulles seques, diu així:

Les fulles seques fan sardana
d’ací d’allà  saltironant,
i dintre el bosc la tramuntana
sembla la cobla al lluny sonant.
I quin seguit de fulles roges
que enjogassades porta el vent;
les que més corren, semblen boges,
altres se’n venen dolçament.
I quan el sol se’n va a la posta,
l’arbre que enyora el seu fullam,
poc a poquet son ombra acosta
als balladors damunt del camp.
I surt la lluna trista i sola,
fulla d’un arbre on ha viscut,
que va cercant pel cel on vola
les companyones que ha perdut.
Les fulles seques fan sardana;
mes, quan l’albada surt després,
de les endú la tramuntana
espais enlaire per mai més.
I l’arbre sec ja torna a viure,
fulles i flors arreu badant,
i cada brot, quin cants de riure,
fent nius les aus i els becs juntant!
Després la fruita, que encisera,
pengim-penjam al sol que es foc,
el préssec ros i la cirera,
la pruna clàudia i l’albelcorc!
Oidà ! Quin goig! Fem les rodones,
sardanejant de dia i de nit,
les mans unint homes i dones,
els ulls clavats en l’infinit!

À l'orée de la forêt de Sénart, Muriel


Bé doncs, fins la propera ! Feliç Santa Cecília, Muriel

Pour mon père, une pensée affectueuse et musicale (car il aimait chanter !) et cette pièce de Gabriel Fauré, Dans la forêt de Septembre (et tant-pis si c'est déjà Novembre)

(Mario Hacquard, baryton, Célimène Daudet, piano, poème de Catulle Mendès sur une mélodie de Gabriel Fauré)

sábado, 14 de noviembre de 2015

viernes, 13 de noviembre de 2015

Le coeur du thé au coeur du temps

Le coeur du thé au coeur du temps, 13-11-2015, Muriel

À bientôt, c'est l'image du jour, un petit bonheur de ce matin, la tasse de thé d'11h  :-)

jueves, 5 de noviembre de 2015

Ma boîte à bentō

De retour à "ma" bibli après plusieurs mois de gros travaux - ce qui par ailleurs m'a donné le bonheur de vivre des journées sous de merveilleuses voûtes gothiques -, je reprends le rituel de la "boîte à bentō": si c'est aujourd'hui jeudi, c'est le jour de la boîte à bentō. Une autre façon de dire qu'aujourd'hui, je mange "à la gamelle", expression que j'affectionne particulièrement parce qu'elle me rappelle mon père, quand j'étais toute petite. En catalan, c'est "avui, m'emporto la carmanyola", j'aime bien, ça prend un air festif.... la carmagnole !, en castillan, c'est dans une fiambrera qu'on emporte son repas au boulot, la lunchbox, chez nos voisins outre-Manche...

Depuis novembre dernier, ça dépend du menu, mais c'est souvent que, le jeudi, je transporte ma pitance (qui n'est en général pas maigre, disent mes collègues, "com et cuides !") dans ma "boîte a bentō".

ma boîte à bento, nov. '14, Muriel

ma boîte à bento, nov. '15, Muriel
menu du jour: quiche au poivrons rouges,
carottes et pommes de terre au miso

Les beaux objets ajoutent un indéniable plus aux actes quotidiens et nécessaires...

À la prochaine, Muriel (et bise à Yo !)