miércoles, 8 de mayo de 2019

L'art difficile de vivre bien... comme disait ce bon vieux Montaigne

"Quand je dance, je dance; quand je dors, je dors; voire, et quand je me promeine solitairement en un beau vergier, si mes pensees se sont entretenues des occurrences estrangieres quelque partie du temps, quelque autre partie, je les rameine à la promenade, au vergier, à la douceur de cette solitude, et à moy. Nature a maternellement observé cela, que les actions qu'elle nous a enjoinctes pour nostre besoing, nous fussent aussi voluptueuses, et nous y convie non seulement par la raison, mais aussi par l'appetit : c'est injustice de corrompre ses regles." Montaigne, Essais (publiés en 1580)*

Car, bien entendu, la pleine conscience, comme on dit (quand on n'use pas de l'inutile anglicisme mindfulness, j'adore l'anglais mais préfère en français les mots français quand ils existent et disent si bien ce qu'ils veulent dire), la pleine conscience, disais-je, n'est pas une nouvelle invention !

Il est des textes auxquels revenir fait du bien ! comme à des chemins, des clairières, des bords de rivière, des jardins amis !

Comme il est des bancs sur lesquels il est bon de s'asseoir, ceux-là, "du temps qui passe"**

Passeig de les Aigües, Muriel
Camí de Sant Pere Màrtir, maig '19, Muriel


et des arbres sous lesquels il fait un bien fou de s'arrêter un instant...

mindfulness = pleine conscience
comme
shinrin-yoku = se promener dans la forêt
;-)  Muriel

Et de cela, il faut se rappeler à temps, ce qui n'est pas toujours facile.

"Il n'est [...] science si ardue que de bien et naturellement savoir vivre cette vie", toujours Montaigne

Michel Eyquem de Montaigne (1533 Saint-Michel de Montaigne, 1592, idem): voici le lien pour le fragment des Essais, dont sont tirées ces citations:

**Le banc du temps qui passe, Hubert Reeves: voir 


 À bientôt, Muriel et, ces vers de Basilio Sánchez (
Sin título, de su libro
He heredado un nogal sobre la tumba de los reyes), pour la route: 

Dichoso el que, sentado
bajo los grandes árboles
que iluminan de verde las
mañanas del mundo, 
no renuncia al regalo de lo inmenso 

[Heureux celui qui, assis
sous les grands arbres
qui illuminent de vert
les matins du monde,
ne renonce pas au cadeau de l'immensité

le titre serait: J'ai hérité d'un noyer sur la tombe des rois]


miércoles, 1 de mayo de 2019

muguet du 1er mai, petit lys des vallées...



Muguet porte-bonheur, 1er mai 2019, photo José Camus

"ce matin, à la fraîche", ce sont les mots qui accompagne ce brin de Muguet que je reçois dans ma boîte mail ce matin, merci mon amie !

mais  d'où vient la tradition ?

https://www.francetvinfo.fr/culture/patrimoine/histoire/d-ou-vient-la-tradition-du-1er-mai-d-offrir-du-Muguet_3423815.html


à la prochaine et Joyeux 1er mai ! Muriel



viernes, 26 de abril de 2019

Notre-Dame, foc, ruïnes, capitalisme, patriarcat i Paul B. Preciado

M'han passat el link d'aquest article-text d'opinió signat pel filòsof Paul B. Preciado* i l'he trobat genial.
Compatible fins i tot amb l'afecte que, com explicava, li tinc a la Notre-Dame. Compatibilíssim amb el fàstic que em produeixen les injusticies socials, els abusos del patriarcat, en fi, us deixo perquè us feu una idea:

www.ara.cat/opinio/Paul-Preciado-Notre-Dame-Ruines

És boig, punk és a dir, divertit... divertit d'una manera que fa pensar ! Fa propostes interessants ! "No reconstruïm Notre-Dame. Honorem el bosc cremat i la pedra fosca. Fem de les seves ruïnes un monument punk, l'últim d'un món que s'acaba i el primer d'un altre món que comença" . Fitxaria per no reconstruir si tots aquests diners que han donat per reconstruir-la servissin per a fer un món més bonic, més just, més honest... més com fa temps que el somnien !


*Paul B. Preciado: wikipedia.org-Paul_B._Preciado

Fins ara ! Muriel


martes, 23 de abril de 2019

el pin d'avui, Diada de Sant Jordi...


el pin, avui, és aquest:

pin de Sant Jordi 2019

el porto al jersei però en lloc de fer un selfie, tot tornant d'un passeig entre llibres per la Diagonal, he pensat, "i perquè no aprofitar que ara passaré a prop d'un arbre amic ?!"

de moment, les roses grogues segueixen vigents, el seu símbol vull dir, la rosa-llaç...

apa, Bona Diada i fins aviat ! Muriel

domingo, 21 de abril de 2019

Aujourd'hui, c'est Pâques...

Aujourd'hui, c'est Pâques, et c'est l'occasion d'une promenade dans le Parc Cervantes, célèbre pour sa roseraie, besoin de voir cette beauté, de marcher tranquillement et de me recueillir dans la joie des couleurs, la délicatesse des corolles, la force imparable de la vie. Et voici:

21 avril '19, Parc Cervantes, "pour Yves", Muriel

21 avril '19, Parc Cervantes, élégantes
dans leurs tailleurs blancs et violets
Barcelone, Muriel

21 avril '19, Parc Cervantes, "comme des soeurs...
ou des frères", Muriel, Barcelone

21 avril '19, Parc Cervantes, "tendre et simple", Muriel

21 avril '19, Parc Cervantes
rose et bouton

21 avril '19, Parc Cervantes, est-ce des églantines ?
des roses muscats ? , Muriel, Barcelone

À bientôt ! Que la beauté de la nature nous apprenne ! Muriel

viernes, 19 de abril de 2019

Huevos de Pascua a la valaisiana

Días de Pascua, mi amiga Claudine, barcelonesa de Suiza, me manda, cómo cada año, una felicitación con huevos pintados "según una tradición familiar del cantón de Valais", los encuentro tan bonitos !

huevos de Pascua a la moda suiza - foto Claudine R.
huevos de Pascua, a la moda suiza, foto Claudine R.


Las fotos son de ella, pero es que los huevos son también obra de ella !

Hasta pronto ! Et, merci vivement Claudine !

jueves, 18 de abril de 2019

Le retour des glycines...

La vue des glycines, quand c'est à nouveau la saison, tu les aimais tant, comme la vue des liserons (à cause de l'adresse de tes grands-parents, rue des Liserons) me replace au coeur de nos promenades à causer, à fredonner, à rire, à savourer une amitié "qui dure depuis tout le temps ! mais qu'est-ce qui, à présent, pourrait bien nous séparer ?" C'était tout simplement la mort, il fallait y penser... ou non ! Et cela fait 5 ans, j'ai dû refaire le calcul une fois et puis une autre...

les glycines... Muriel, Barcelone

Ma Grande Camarade, ça commence à être peuplé, pour moi, là-haut... un territoire inconnu qui devient de plus en plus ami et où le temps, paraît-il, ne compte plus... Pas le feu au lac, alors, pour m'y rendre à mon tour, non ! Ici-bas, comme on dit, ça marche autrement, le temps, et j'essaie à présent d'aller tranquillement du moment "ici et maintenant" au moment suivant...

Tiens, au fait, je suis dans la lecture de La femme rompue, l'incontournable Simone, pour mon prochain club de lecture, avec mes femmes bien motivées ! Clin d'oeil !

Salut ! Muriel

martes, 16 de abril de 2019

Notre-Dame de Paris...

Notre-Dame en proie aux flammes, Notre-Dame qui brûle, une info dure à assimiler tout à coup, puis toutes mes images vécues de Notre-Dame qui affleurent en vrac en même temps que les images du feu, et, inévitablement, la Notre-Dame de Victor Hugo qui se fond à la cathédrale de pierre et de bois du coeur de la Cité...

"Notre-Dame de Paris est en particulier un curieux échantillon de cette variété. Chaque face, chaque pierre du véritable monument est une page non seulement de l'histoire du pays, mais encore de l'histoire de la science et de l'art."

"L'architecture est le grand livre de l'humanité l'expression principale de l'homme à ses divers états de développement, soit comme force, soit comme intelligence"... 

 "Ne crût-on à rien, il y a des moments dans la vie où l'on est toujours de la religion du temple qu'on a sous la main."

et, c'est irréel, de la peine pour Quasimodo, quel désarroi !

"Pour ceux qui savent que Quasimodo a existé," (et je me reconnais là) "... Notre-Dame est aujourd'hui déserte, inanimée, morte. On sent qu'il y a quelque chose de disparu. Ce corps immense est vide ; c'est un squelette ; l'esprit l'a quitté, on en voit la place, voilà tout. C'est comme un crâne où il y a encore des trous pour les yeux, mais plus de regard."

L'histoire poignante de Quasimodo... puis je revois les gargouilles aussi, qui doivent se demander ce que c'est que tout ce feu, ou bien... restent-elles impassibles ? 

Retour sur une belle journée à Paris, c'était en 2005.


c'était un jour, en 2005... Muriel, Paris
le même jour, la même balade... Muriel, Paris

Mes balades à Paris, où j'aime toujours revenir, m'emmènent infailliblement, à un moment ou à un autre, près de Notre-Dame.
Et dans le ciel de Paris, qui est inlassablement changeant, ce jour-là, j'ai vu ça:


le temps avait tourné à l'orage et dans le ciel, au-dessus de la Seine,
j'ai cru voir un coeur... Muriel, Paris



Toutes les citations sont tirées de Notre-Dame de Paris, de Victor Hugo (1831) 




À bientôt, Muriel (pensée profonde pour Marie-Annick, cela fait bien du temps que nos balades sur Paris n'ont plus lieu, interrompues...)



martes, 9 de abril de 2019

a ritme de lledoner...

La vida va i segueixo esperant el bus que m'apropa a la biblio al costat de mateix lledoner... i és així com cada matí (o migdia segons el dia de la setmana) segueixo per un moment el pas de les estacions al ritme d'aquest exemplar jove, que "va fent". Aquest migdia es veia així de maco, amb moltes fulles minúscules i algunes de ja bastant grans. He sentit la tendresa i la joia de la vida:

el lledoner de la parada, abril '19, Muriel

Fins aviat ! Muriel

martes, 26 de marzo de 2019

Psycho Actif, le blog de Christophe André

Découverte heureuse du blog de Christophe André, à partager impérativement:

psychoactif.blogspot.com

Beaucoup d'admiration pour Christophe André, vraiment !

Après avoir eu plusieurs fois pendant un laps de temps déterminé son livre Méditer jour après jour, mais en catalan (les bibliothèques sont une mine de trésors), je me le suis offert, en français, avec les CDs, un livre qui fait du bien, un livre simple et beau sur la pleine conscience. Ça me fait du pain sur la planche... J'aime bien le pain !

https://www.editions-iconoclaste.fr/livres/mediter-jour-apres-jour/


Alors, à bien vite, à tout de suite... par la pensée ! Muriel


jueves, 21 de marzo de 2019

Primavera, Printemps...

Primavera
Printemps
Juste là
En la esquina

Senzillament a l'abast 


Surtout, ne pas s'en faire...

Dolça explosió

¡ Qué alivio ! Lo creí muerto este invierno...

Jardins de la Maternitat, un plaer passejar-s'hi. Tot l'any...


"Il faut toujours un hiver pour bercer le printemps" 
dicton français, sagesse populaire


“Podrán cortar todas las flores pero no podrán detener la primavera.”
(Pablo Neruda)


春は軽い
Lleugera és la primavera:
tan sols un vent
que va d'arbre en arbre (Usuda Arô)


i per últim, atenció ! doncs... "La primavera la sang altera" ;-) 


Fins aviat, à bientôt, hasta pronto ! Muriel

domingo, 17 de marzo de 2019

Cors, còdols i les seves combinacions


Cors de còdol, còdols de cor, febrer'19 (gràcies Ioia per la foto !)

* còdol:

Fragment de roca dura, allisat i arrodonit per l'acció de les aigües i el rodolament,  que en granulometria té entre 64 i 256 mil·límetres de grandària.


* cor:
  • Òrgan muscular situat en la cavitat toràcica que, contraient-se rítmicament, és l’agent principal de la circulació de la sang.
  • El cor considerat com a seu del sentiment interior, del sofriment, de l’alegria, del desig.
  • El cor considerat com a seu de l’afecció, especialment de l’amor, de la sensibilitat, de la bondat, del sentiment moral.
  • El cor considerat com a seu de la força d’ànima, coratge.
  • Pit, com a receptacle del cor.
  • Representació convencional d’un cor.
  • Coll de la baralla francesa que duu dibuixats cors vermells.
  • Carta d’aquest coll.
  • Excèntric de forma de cor, calculat i delineat geomètricament per transformar un moviment circular continu en un altre de rectilini alternatiu de velocitat constant, emprat en diverses màquines tèxtils per a transmetre moviment al mecanisme de plegament del fil.
  • Part central d’una cosa, la més amagada, la més essencial.

[definicions del DILC (Diccionari Invers de la Llengua Catalana)]

Fins aviat ! Muriel


jueves, 14 de marzo de 2019

Arbres encore en "dormance"

Les arbres en hiver m'impressionnent toujours. La semaine dernière, mes arbres-amis de la forêt de Sénart étaient encore en "dormance"...


forêt de Sénart, mars'19, Muriel
forêt de Sénart, mars'19, Muriel


Je suis tombée sur un post de Sciences & Vie qui m'a passionnée (c'est de là que je tire le mot "dormance") ! Ils sont définitivement formidables, les arbres ! 

science-et-vie.com/mais-que-font-donc-les-arbres-en-hiver

Il était grand temps qu'on se mette à découvrir la sensibilité et l'intelligence des arbres ! `
À la bibliothèque, pas de livraison mensuelle de bouquins qui ne contienne un ou plusieurs ouvrages sur l'intelligence, la sensibilité des arbres et sur les bienfaits de la vie avec eux, parmi eux !

À la prochaine, Muriel (petite soeur des arbres, depuis bien longtemps)

miércoles, 13 de marzo de 2019

Matices de gris y la vida va...


Cielo gris plomo con toque de azul y nube blanca,
Quincy-sous-Sénart, marzo '19, Muriel


Y este piropo*, que algunos son de antología: Qué poco azul llevas... para el cielo que eres ! 

El color gris es para mí un regalo y un refugio, los grises son amables y siempre se llevan bien entre ellos (y con un toque de azul y alguna nube blanca dan unos cielos muy bonitos) y con los demás colores. Por matices, definitivamente, el gris ! matiz en sí, contiene cantidad de matices: pizarra, plomo, plata, asfalto, elefante (elefante o... ratón ?! por el francés, "gris souris"), ceniza, platino, acero, etc. etc... Y gris París ? también ! algunas cartas de colores tienen un gris París !

Gris Sena... París, marzo '19, Muriel
Gris lluvia... París, marzo '19, Muriel

... gris Sena, gris lluvia... gris perla !

* y este otro piropo que me dijo ayer un usuario de entre los agradables que tenemos, un señor cubano afable y burlón, que al verme sentada al mostrador (que me tocaba él de la entrada) exclamó: "Buenos días, cuanto tiempo, me alegro de verla, usted es... un colirio, verla es ¡ verlo todo mejor !". Hacía tiempo que no me decían así algo divertido y sólo por el placer de saludar...

Buscando por la web más matices de gris, he descubierto la escala de Munsell:
Wikipedia-Sistema_de_color_de_Munsell



Apa, muy buen dia en la escala de todos los colores de la vida ! Hasta pronto, Muriel

Y, para hacer camino, el genial Cantando bajo la lluvia, el fabuloso Gene Kelly:
youtu.be/Cantando-bajo-la-lluvia


sábado, 2 de marzo de 2019

Bones esposes i altres feminismes...

Comenta l'escriptora Meg Wolitzer (Estats-Units, 1959-) que "no va ser gens fàcil trobar un home per a fer de "jerk" (imbècil) a la pel·licula The Wife" (La buena esposa), adaptada de la seva novel·la homònima. Es veu que no volen...

Acabo de llegir això i m'ha fet somriure.

L'esposa, la caracteritza la Glenn Close i, al final, el seu marit, ho fa el Jonathan Pryce.
 
Joan Castleman (Glenn Close) es una buena esposa, de belleza madura y natural, la mujer perfecta. Pero lo cierto es que lleva cuarenta años sacrificando sus sueños y ambiciones para mantener viva la llama de su matrimonio con su marido, Joe Castleman (Jonathan Pryce). Pero Joan ha llegado a su límite. En vísperas de la entrega del Premio Nobel de Literatura a Joe, Joan decide desvelar su secreto mejor guardado. (FILMAFFINITY)


fotograma Sensacine
  
La darrera novel·la de Meg Wolitzer és The female persuasion, La persuasión femenina (Ed. Alba, col. Contemporánea - encara no traduït al català)


Per part meva, i en previsió d'aquest 8 de març, he preparat una exposició de llibres sobre dones i feminismes, a l'entrada de la biblioteca. Seguim !


una selecció, essencialment de la signatura 30.055.2,

publicacions molt recents i també d'antologia 



Les nostres lluites canvien la vida sencera !


Fins aviat ! Muriel

lunes, 25 de febrero de 2019

En ce mois de février... dans la lumière du moment présent

Je découvre aujourd'hui ces 3 photos et leur lumière m'atteint profondément, à la manière de ces chocs émotionnels heureux qui innondent de joie ! Elles ont été prises le 27 octobre 2017, à Gimel, petit village de Corrèze, il pleuvait de la pluie et des larmes et, personnellement, je n'ai pas su voir, je n'ai pas vu ce rayon de lumière:


photo Pauline Lebraud, oct.'2017

photo Pauline Lebraud, oct.'2017

photo Pauline Lebraud, oct.'2017

Belle âme qui fus mon flambeau,

Reçois l'honneur qu'en ce tombeau

Je suis obligé de te rendre.

Ce que je fais te sert de peu : 

Mais au moins tu vois en la cendre

Comme j'en conserve le feu.

François de Malherbe (1614)***


Conserver le feu de l'âme et réchauffer le coeur de ceux avant qui on est parti... Partir avant les miens*, l'une des chansons que tu avais choisies pour nous, Arnaud ! Depuis le premier instant, le premier présent d'une vie avec toi in absentia, tu conserves le feu qui réchauffe et illumine ! Avec le temps**, autre chanson à toi, tout continue ! 

Merci énormément, Pauline, pour ces 3 photos, merci d'avoir été là, ancrée dans le moment présent, et d'en avoir extrait la joie que, malgré tout, par dessus tout, en son écrin, il avait à nous offrir. Maryne, oui, "il irradiait déjà" ! Merci Arnaud, infiniment ! Régis, Maman, vous tous, ici et maintenant avec vous de tout coeur ! 

À tout de suite par la pensée ;-) ! Muriel

*Partir avant les miens, Daniel Balavoine: 

**Avec le temps, Léo Ferré:
https://www.youtube.com/watch?v=ZH7dG0qyzyg

*** François de Malherbe, poète français né en 1555 à Caen et mort en 1628 à Paris


domingo, 10 de febrero de 2019

Jour de la Saint-Arnaud... et une croyance celtique

Que de bonheurs (oui, au pluriel ! des bonheurs qui s'enchaînent, qui se nourrissent les uns des autres) la lecture, enfin, car je m'y suis mise, de Proust, À la recherche du temps perdu. Pour le moment, Combray, 1ère partie du 1er volume, celui du passage de la madeleine, des descriptions merveilleuses de paysages, des reflets du soleil couchant... et de ce paragraphe qui me parle si fort:

"Je trouve très raisonnable la croyance celtique que les âmes..."



En effet, l'Arbrenaud, tenez ! Tantôt un pin, tantôt un chataîgner... Et je mesure ma chance: si "pour beaucoup [ce jour ] ne vient jamais", il est venu déjà bien des fois pour moi ! Moi aussi, je trouve cette croyance raisonnable... et si je suis en désaccord, c'est, pour ce qui est des arbres, et autres êtres vivants, de cette façon de dire "de quelque être inférieur", car, inférieurs nous-mêmes, ma foi... Quant aux objets... et bien... "Objets inanimés, avez-vous donc une âme, qui s'attache à notre âme et la force d'aimer ?"*, n'est-ce pas ? Pardon, cher Marcel, il fallait que je le dise, maintenant que je suis en train de tomber en amitié (comme disent les Québécois) avec vous !

Et qui dit arbre, dit mélodie, mot, croissant de lune, regard, sourire, etc. etc... Un monde de rencontres inattendues et tout de suite reconnues !

À bientôt ! Muriel (Arnaud, pensée vive, mon p'tit frère !)

* Lamartine (Harmonies poétiques et religieuses)