miércoles, 28 de agosto de 2013

I have a dream... la parole, le rêve...

Ce n'est absolument pas une idée originale, non, et je ne vais pas être la seule à relire le discours de Martin Luther King Jr aujourd'hui, et pourtant, c'est en même temps un devoir -en plus d'un plaisir- de le faire. Les anniversaires servent à ça, à repenser, à relire, à faire le point aussi. La parole a un pouvoir énorme, en bien - en mal aussi malheureusement -, elle est constructrice, elle est destructrice, ça dépend de ce qui est dit, quand, comment, par qui... Elle donne la vie, elle donne la mort, on peut mourir d'avoir parlé et c'est bien ce qui a fini par arriver au Pasteur noir américain, engagé pour les Droits Civils, pour les droits des Noirs, contre la ségrégation, et aussi, contre la guerre au Vietnam, et bien entendu, contre la pauvreté en général... La parole est une arme redoutable, formidable, merveilleuse... Le discours de Martin Luther King a été constructeur, indéniablement, et il l'est encore... Il m'émeut toujours, il me donne un grand grand frisson dans le dos, dans le coeur, dans la tête... Et le rêve donc, constructeur lui aussi, et comment ! Car, sans rêve préalable, qu'en serait-il des grandes réalisations ? Le rêve et la parole pour exprimer le rêve... Il y a 50 ans pile aujourd'hui, le 28 août 1963, Martin Luther King Jr prononçait ce discours, un discours de 3 pages dont la partie finale, I have a dream, est rentrée dans l'Histoire, est devenue patrimoine de tous les humains, s'apprend par coeur comme une poésie. On dit que "les paroles s'envolent"... dans ce cas-là, elles se sont bel et bien envolées, effectivement, mais pour prendre racines dans le plus grand nombre d'esprits ! Ou suis-je encore très optimiste ?! En voici texte dans son intégralité, en caractères gras, la partie la plus célèbre: 

 " I am happy to join with you today in what will go down in history as the greatest demonstration for freedom in the history of our nation.

Five score years ago, a great American, in whose symbolic shadow we stand today, signed the Emancipation Proclamation. This momentous decree came as a great beacon light of hope to millions of Negro slaves who had been seared in the flames of withering injustice. It came as a joyous daybreak to end the long night of their captivity.

But one hundred years later, the Negro still is not free. One hundred years later, the life of the Negro is still sadly crippled by the manacles of segregation and the chains of discrimination. One hundred years later, the Negro lives on a lonely island of poverty in the midst of a vast ocean of material prosperity. One hundred years later, the Negro is still languished in the corners of American society and finds himself an exile in his own land. And so we've come here today to dramatize a shameful condition.

In a sense we've come to our nation's capital to cash a check. When the architects of our republic wrote the magnificent words of the Constitution and the Declaration of Independence, they were signing a promissory note to which every American was to fall heir. This note was a promise that all men, yes, black men as well as white men, would be guaranteed the "unalienable Rights" of "Life, Liberty and the pursuit of Happiness." It is obvious today that America has defaulted on this promissory note, insofar as her citizens of color are concerned. Instead of honoring this sacred obligation, America has given the Negro people a bad check, a check which has come back marked "insufficient funds."

But we refuse to believe that the bank of justice is bankrupt. We refuse to believe that there are insufficient funds in the great vaults of opportunity of this nation. And so, we've come to cash this check, a check that will give us upon demand the riches of freedom and the security of justice.

We have also come to this hallowed spot to remind America of the fierce urgency of Now. This is no time to engage in the luxury of cooling off or to take the tranquilizing drug of gradualism. Now is the time to make real the promises of democracy. Now is the time to rise from the dark and desolate valley of segregation to the sunlit path of racial justice. Now is the time to lift our nation from the quicksands of racial injustice to the solid rock of brotherhood. Now is the time to make justice a reality for all of God's children.

It would be fatal for the nation to overlook the urgency of the moment. This sweltering summer of the Negro's legitimate discontent will not pass until there is an invigorating autumn of freedom and equality. Nineteen sixty-three is not an end, but a beginning. And those who hope that the Negro needed to blow off steam and will now be content will have a rude awakening if the nation returns to business as usual. And there will be neither rest nor tranquility in America until the Negro is granted his citizenship rights. The whirlwinds of revolt will continue to shake the foundations of our nation until the bright day of justice emerges.

But there is something that I must say to my people, who stand on the warm threshold which leads into the palace of justice: In the process of gaining our rightful place, we must not be guilty of wrongful deeds. Let us not seek to satisfy our thirst for freedom by drinking from the cup of bitterness and hatred. We must forever conduct our struggle on the high plane of dignity and discipline. We must not allow our creative protest to degenerate into physical violence. Again and again, we must rise to the majestic heights of meeting physical force with soul force.

The marvellous new militancy which has engulfed the Negro community must not lead us to a distrust of all white people, for many of our white brothers, as evidenced by their presence here today, have come to realize that their destiny is tied up with our destiny. And they have come to realize that their freedom is inextricably bound to our freedom.

We cannot walk alone.
And as we walk, we must make the pledge that we shall always march ahead.
We cannot turn back.

There are those who are asking the devotees of civil rights, "When will you be satisfied?" We can never be satisfied as long as the Negro is the victim of the unspeakable horrors of police brutality. We can never be satisfied as long as our bodies, heavy with the fatigue of travel, cannot gain lodging in the motels of the highways and the hotels of the cities.
We cannot be satisfied as long as a Negro in Mississippi cannot vote and a Negro in New York believes he has nothing for which to vote. No, no, we are not satisfied, and we will not be satisfied until "justice rolls down like waters, and righteousness like a mighty stream."

I am not unmindful that some of you have come here out of great trials and tribulations. Some of you have come fresh from narrow jail cells. And some of you have come from areas where your quest for freedom left you battered by the storms of persecution and staggered by the winds of police brutality. You have been the veterans of creative suffering. Continue to work with the faith that unearned suffering is redemptive. Go back to Mississippi, go back to Alabama, go back to South Carolina, go back to Georgia, go back to Louisiana, go back to the slums and ghettos of our northern cities, knowing that somehow this situation can and will be changed.

Let us not wallow in the valley of despair, I say to you today, my friends, even though we face the difficulties of today and tomorrow, I still have a dream. It is a dream deeply rooted in the American Dream.

I have a dream that one day this nation will rise up and live out the true meaning of its creed: "We hold these truths to be self-evident; that all men are created equal".

I have a dream that one day even the state of Mississippi, a state sweltering with the heat of injustice, sweltering with the heat of oppression, will be transformed into an oasis of freedom and justice.

I have a dream that my four little children will one day live in a nation where they will not be judged by the color of their skin but by the content of their character.
I have a dream today.

I have a dream that one day down in Alabama with its vicious racists, with its governor having his lips dripping with the words of interposition and nullification one day right there in Alabama little black boys and black girls will be able to join hands with little white boys and little white girls as sisters and brothers.
I have a dream today.

I have a dream that one day every valley shall be exalted, every hill and mountain shall be made low, the rough places will be made plains, and the crooked places will be made straight, and the glory of the Lord shall be revealed, and all the flesh shall see it together.


This is our hope. This is the faith that I go back to the South with.
With this faith we will be able to hew out of the mountain of despair a stone of hope.
With this faith we will be able to transform the jangling discords of our nation into a beautiful symphony of brotherhood. 
With this faith we will be able to work together, to pray together, to struggle together, to go to jail together, to stand up for freedom together, knowing that we will be free one day. This will be the day when all of God's children will be able to sing with new meaning, "My country 'tis of thee, sweet land of liberty, of thee I sing. Land where my father died, land of pilgrims' pride, from every mountainside, let freedom ring".

And if America is to be a great nation this must become true. So let freedom ring from the prodigious hilltops of New Hampshire. Let freedom ring from the mighty mountains of New York. Let freedom ring from the heightening Alleghenies of Pennsylvania! Let freedom ring from the snowcapped Rockies of Colorado! Let freedom ring from the curvacious slopes of California ! But not only that; let freedom ring from the Stone Mountain of Georgia ! Let freedom ring from Lookout Mountain of Tennessee. Let freedom ring from every hill and mole hill of Mississippi. From every mountainside, let freedom ring, and when this happens,

When we let freedom ring, when we let it ring from every village and every hamlet, from every state and every city, we will be able to speed up that day when all of God's children, black men and white men, Jews and Gentiles, Protestants and Catholics, will be able to join hands and sing in the words of the old Negro spiritual, 

"Free at last! Free at last! Thank God Almighty, we are free at last"! "

Voilà, heureuse d'avoir fait cette relecture, heureuse de la partager... Ce discours est, bien entendu, traduit dans toutes les langues - enfin, je crois, j'espère qu'il en est ainsi, qu'il n'y a pas de langue dans laquelle il serait interdit de le lire, impossible d'y puiser la force de se battre pour vivre en paix...

À la prochaine, vive la parole, vive le rêve, vive un monde meilleur ! Et il reste un sacré chemin à faire ! Muriel

lunes, 26 de agosto de 2013

La loi de la flottaison

Cette phrase, que je trouve marrante et qui n'est pas une aussi "lapalissade" qu'il ne semble, je j'ai lue au début de l'été, à la recherche, sans doute, de quelque information n'ayant aucun rapport et elle me retraverse souvent l'esprit:

"La loi de la flottaison n'a certainement pas été découverte en contemplant les naufrages."

La citation originale est en réalité: "La loi de la flottaison n'a pas été découverte en contemplant des objets qui coulent, mais en observant comment flottent des objets qui flottent naturellement, puis en se demandant intelligemment pourquoi il en est ainsi." et elle est de Thomas Troward (métaphysicien, philosophe de la Science de l'Esprit).

Donc, 1) si la loi de la flottaison n'a pas été découverte en contemplant les naufrages et 2) si, en revoyant le film Mon oncle d'Amérique* hier soir j'ai bien vu que l'inhibition est la dernière des tactiques à suivre pour continuer à flotter, bien après la fuite, qui, nous l'avons vu, est digne d'éloge, il va falloir que je cerne mon attitude carapace. Si l'inhibition ne conduit qu'à la perte, rentrer dans sa carapace est-il ou non de l'inhibition. Pour le moment, je crois que non, parce qu'à l'intérieur de ma carapace il y a des idées, du rêve, du calme, surtout du calme et pas d'angoisse ni de peur... Ça m'a fait réfléchir de revoir ce film du grand Resnais*, un de mes grands cinéastes, ça oui... Définitivement, c'est pour l'instant la recherche du calme, c'est un abri contre une certaine toxicité à certains moments, c'est la salle de transit... une antichambre, assez confortable qui plus est... Voilà...

Alors, clin d'oeil à Sylvaine, qui sur la loi de la flottaison en connaît un rayon, des rayons, même ! D'ailleurs, je vous connecte à son blog: http://sylvaineyoga.over-blog.com/, surprenant, vous verrez, le rayon yoga dans la flotte ! Même à moi, qui ne suis pas aquatique pour un sou, ça me donne envie ! Je lui souhaite aussi la bienvenue comme membre sur le mien !

Mon oncle d'Amérique, film d'Alain Resnais sorti en 1980. Il illustre les théories du scientifique Henri Laborit [voir post du  http://books-carabistouilles.blogspot.com/2013/08/eloge-de-la-fuite-henri-laborit.html ]. Alain Resnais, cinéaste français né en 1922, figure emblématique, avec François Truffaut et Jean-Luc Godard de la nouvelle vague) 

Allez, à la prochaine, bon vent ! Muriel

sábado, 24 de agosto de 2013

Un blog sur un voyage en Inde / Un bloc sobre un viatge a l'Índia

A partir d'avui, i durant un mes, seguiré aquest bloc d'un primer viatge solidari a l'Índia d'una persona meva estimada amb bogeria. El llegiré amb molta curiositat, ganes de saber, aprendre i, de certa manera, viatjar jo mateixa també una mica. Hi haurà comentaris i fotos del dia a dia:

En effet, à partir d'aujourd'hui, et pendant un mois, je suivrai avec grand intérêt, avec passion même (n'hésitons pas!), ce blog d'un premier voyage solidaire en Inde d'une personne que j'aime... à la folie, tout simplement. Un formidable voyage "par procuration"... en attendant de revoyager moi-même ! Il sera rédigé en catalan et en castillan (éventuellement en français selon le moment) et nourri de commentaires et de photos au jour le jour: 

El meu primer viatge a l'Índia: http://www.de-catalunya-a-la-india.blogspot.com.es/




À bientôt, fins aviat, Muriel et... bisous énormes à ma fille ! 

viernes, 23 de agosto de 2013

Caisses de rangement...

Comme je disais, je suis dans les caisses et les caisses et les caisses et les caisses de rangement. Parmi celles qui ne partiront pas à la déchetterie, mais alors pas du tout, il y a celle-ci:

La Gata Àgatha- agosto '13 photo Aïna


Allez, à bientôt ! Muriel

miércoles, 21 de agosto de 2013

Allò que l'agost madura, el setembre ho assegura

Tinc moltes ganes de que sigui així... que allò que l'agost ha estat madurant, el setembre l'asseguri ! el raïm, entre d'altres regals de la terra, les esperances i els projectes... sí, els projectes !
Es veu que l’agost té la clau de l’any...

Ho desitjo també per a vosaltres ! Fins després, Muriel


martes, 20 de agosto de 2013

Éloge de la fuite, Henri Laborit

Étant plongée dans une époque intensive de rangement (de préférence par le vide... mais pas pour tout !), je retombe, entre autres choses, sur des notes de lecture et des passages de livres, recopiés à la main. Au hasard des redécouvertes, je m'attarde un peu et relis et repense... Hier, j'ai donc relu L'Éloge de la fuite, d'Henri Laborit*. C'est un texte que j'ai souvent en tête, très:

Quand il ne peut plus lutter contre le vent et la mer pour poursuivre sa route, il y a deux allures que peut encore prendre un voilier: la cape (le foc bordé à contre et la barre dessous) le soumet à la dérive du vent et de la mer, et la fuite devant la tempête en épaulant la lame sur l'arrière avec un minimum de toile, - là, en réalité, je n'y comprends rien, la voile, c'est pas ma tasse de thé, ça ne fait rien, c'est beau- . La fuite reste souvent, loin des côtes, la seule façon de sauver le bateau et son équipage. Elle permet aussi de découvrir des rivages inconnus qui surgiront à l'horizon des calmes retrouvés. Rivages inconnus qu'ignoreront toujours ceux qui ont la chance apparente de pouvoir suivre la route des cargos et des tankers, la route sans imprévu imposée par les compagnies de transport maritime -  là oui, je comprends tout, et avec des frissons de plaisir-. Vous connaissez sans doute un voilier nommé "Désir". 

Voilà, j'adore ce texte... 

Elogio de la huida : el texto en castellano, imágenes de la película Mi tío de América de Alain Resnais (el texto de Laborit se recita e ilustra a modo de introducción de la peli).

En ce moment, je fuirais bien, mais ce n'est absolument pas viable, bientôt mais pas encore... Là, il s'agirait plutôt pour moi d'un Éloge de... la carapace... en guise de voilier, une tortue et pour ce qui est des rivages inconnus... l'intérieur de la carapace... on pourrait faire mieux... enfin, une tortue nommée... nommée comment ? Patience ? Résistance ? Je vais y réfléchir... 


* Henri Laborit (1914-1995), biologiste, médecin,  éthologue, psychologue et philosophe français. En 1980, il devient connu du grand public grâce au film d’Alain Resnais, Mon oncle d’Amérique où sont mises en scène des observations de Laborit sur le comportement des rats et leur transposition chez les êtres humains. 

Voilà, à bientôt, Muriel

http://books-carabistouilles.blogspot.com/2013/08/eloge-de-la-fuite-henri-laborit.html

lunes, 19 de agosto de 2013

Un poema intraduïble (Jacques Roubaud)

L'altre dia que estava a la biblio, al taulell de Préstec, em van tornar un llibre de poesia. Sempre em crida l'atenció doncs no són llibres que surtin molt però sí, hi ha usuaris que entren i van directament a la secció de Poesia, m'agrada constatar això, m'agrada... Aquell llibre era una edició bilingue (castellà / francès) de poemes de Jacques Roubaud*. El vaig fullejar (era un dia calmadet a préstec) i cap al final, vaig veure una nota editorial que deia El poema intraducible. Ja sabem que de per si la poesia és intraduïble i es veu que aquest poema ho és encara més. Es tracta de Rond-point des Champs-Elysées. Ja veig: jocs de paraules a partir d'expressions (ronds de jambe, ronds de fumée,  ronds de chapeau, rond-point, que tenen com a denominador comú "rond" però tan sols en francès... ah, i la paraula "robert" (le petit Robert** / les roberts)... Sí, intraduïble... 

Aquí el teniu: 

Rond-point des Champs-Elysées

Ils ne sont plus nombreux à résumer leur âme 
lente
'en plusieurs ronds de fumée'
'abolis en d'autres ronds' (and so on I presume)
ça fait beau temps que je n'ai pas rencontré dans mes lectures 
ronds de jambe ni ronds de flanc ni ronds de chapeau
et sans le petit Robert je ne saurais vous dire 
ce que signifie ronde bosse
qui est un terme d'architecture
apparu au seizième siècle, mais
dans les porno soft des années cinquante
(la série blonde) 
cela voulait dire ce que d'autres nommaient
les 'roberts'
(petits ou grands)
("tu verrais ses roberts: aux pommes")
(c'est du Sartre)
(plus récemment on disait: roploplot
comme vous pouvez le lire 
sur une colonne à la station Porte de l'Hôpital 
du tramway de Strasbourg)

toujours d'après le Robert (petit), rond de cuir
n'a pas beaucoup plus de cent ans d'âge
et pourtant
est déjà désuet

heureusement qu'il nous reste 
rond-point
c'est ce que je me dis en traversant les Champs-Elysées.
           
*Jacques Roubaud: escriptor i matemàtic francesc nascut el 1932, membre de l'OuLiPo (Ouvroir de Littérature Potentielle, taller de literatura amb tècniques d'escriptura limitada, limitacions auto-imposades per explorar la llengua) i amic, llavors, de Raymond Queneau i Georges Pérec. 

**Le Petit Robert: diccionari abreviat de la llengua francesa (el seu germà gran té 8 volums), molt consultat per la gent que escriu i diferent del seu company de prestage, Le Petit Larousse, més convencional que s'até a les definicions. Els "roberts", argot pur i dur, són els pits, les tetes, la pitrera vaja.

Us deixo aquí ! i... sento no poder traduir aquest poema !!!
Per llegir els altres poemes, traduïts: 
Cuarenta poemas, Jacques Roubaud, ed. Hiperión, poesía 



Fins aviat, Muriel i... felices poemes sempre !

jueves, 15 de agosto de 2013

Dans les jardins du Château de Versailles

Acordándome de un paseo en los jardines del Palacio de Versalles, 
un atardecer del pasado julio...

Souvenir d'une balade dans les jardins du Château de Versailles, 
un soir en juillet dernier...

Jardins, Versailles, jullet '13, Muriel

Belle soirée à vous (belle journée si vous me lisez le matin...) 

Deseos de serenidad...

Hasta pronto, à la prochaine, Muriel