viernes, 13 de octubre de 2017

... et un bonjour du Québec !

Une amie de Montréal m'a passé ce lien et je vous laisse découvrir à votre tour la chronique de François Brousseau, parue le 10 octobre dans le quotidien québécois Le Devoir (dont la devise est tout bellement "libre de penser"):

http://www.ledevoir.com/international/europe/510000/le-gros-et-le-petit

C'est un son de cloche intéressant et qui réchauffe le coeur ! Le mien, c'est sûr ! 

Et effectivement, Mario Vargas Llosa, est méconnaissable dans ses propos ! Qui l'eut cru ?! Enfin si, ça se voyait venir... C'est une époque, en tout cas, celle que nous vivons en Catalogne et en Espagne, qui fait tomber bien des masques !!! Ça vaut le coup !

Merci Anik, merci à nos "cousins" du Québec ! Bonne journée ! À bientôt, fins aviat ! Muriel

jueves, 12 de octubre de 2017

Un bonjour de Catalogne et un coup de colère...

Voilà ce que je viens de poster sur mon facebook, que, par ailleurs, j'utilise très peu. Tellement en colère...

Un bonjour de Catalogne et un coup de colère, comme on dit:

Alors là, bravo, les Français ! Français, dans l’ensemble, centralistes indécrottables, parler pour parler, avoir un avis sur tout, même sur la détermination de pays, peuples, langues dont ils ne connaissent rien, auxquels ils ne se sont jamais intéressés, cédant aux pressions d’une Europe-économique-avant-tout qui ne s’occupe pas des gens et défend les pays "officiels" sans s’occuper des pays "naturels" et dénigre les régions, bref, le tout c’est de prendre la parole et même Charlie Hebdo s’y met ! Ben ça, alors, bravo encore !!! Quelle déception ! L’ignorance et la superbe arrivent effectivement à s’immiscer partout !!! La parole unique !!! Je suis française, catalane de cœur, une moitié de ma vie du côté sud des Pyrénées, une langue que j’ai adoptée tout de suite, qui m’a ouverte tellement de portes et un pays, un pays naturel que j’aime et où j’ai beaucoup d’amis ! Les Catalans ne sont pas espagnols, c’est comme ça, ça pourrait être facile à comprendre mais non… Les Catalans (de sol, de "sang", d’adoption, de conviction, de cœur), une grosse partie des Catalans, donc, est favorable à l’Indépendance. Bien sûr, il y a aussi en Catalogne beaucoup de gens qui ne sont pas catalans, qui sont venus de différents horizons, pour différents motifs, et qui, même si c’est sur plusieurs générations, ne se sont pas forcément mis à aimer leur nouveau pays, ils en font partie, ils le font même marcher, mais ne se sentent pas y appartenir, c’est comme ça, on peut comprendre aussi et eux, ils voteraient "non", ils étaient invités à voter, bien entendu, mais ne sont pas venus nombreux, il faut dire qu’y aller relevait de la militance pure et dure et qu’il y avait de quoi avoir peur. Il fallait vouloir voter "oui" pour se déplacer… Et justement, si l’attitude des Catalans face à l’extrême violence du 1er octobre, lors du référendum (décrété illégal par le gouvernement central de Madrid parce qu’il s’est fait sans leur accord, mais cela faisait 5 ans qu’on insistait, du côté du gouvernement de Catalogne pour de nouvelles rencontres, de nouveaux débats, une nouvelle entente : portes du gouvernement de Madrid fermées, c’était non ou le silence…), si cette attitude pacifique, patiente des Catalans qu’on empêche de débattre sur leur identité et leur futur ne vous a pas impressionnés ben… c’est peut-être qu’il faut changer de chaîne de télé, lire d’autres journaux, essayer de transposer, enfin… Et les manifestations massives du 3 octobre contre la violence policière, qui a quand même fait plus de 840 blessés (les hôpitaux et dispensaires ont les bons chiffres !), sont restées pacifiques… Enfin… Personnellement, j’ai trouvé la Déclaration d’Indépendance et son immédiate suspension, non pas "conne" mais ingénieuse, et ne suis pas la seule ici. Mais il faut peut-être pour ça, être impliqué, s’être informé, savoir ce que c’est que l’article 155 de la Constitution espagnole, qui priverait une région autonome de son autonomie justement et la renverrait à la place qu’elle avait sous le franquisme ! C’est du beau ! Parce qu’il faut aussi savoir que le franquisme n’est pas complètement mort en Espagne (la tyrannie que mentionne Charlie Hebdo ???). L’Espagne, un pays que j’aime aussi, a priori, il ne manquerait plus que ça !, un pays que je connais moins, c’est vrai, dont j’adore la langue… L’Espagne, un "pays frère", c’est simple ! La Catalogne n’est espagnole que depuis 1714, et elle l’est devenue par la force des armes, ni par intérêt économique de la part des Catalans, ni par plaisir… enfin, elle est "espagnole" suite à une défaite… Et depuis, à chaque fois qu’il y a un gouvernement central (Madrid) dur (et le PP n’est pas tendre !), la Catalogne souffre… J’ai aimé l’intervention, à ce sujet, de l’historien français Jean-Noël Jeanneney sur C Politique, il y a quelques jours. Pendant des décennies, on a essayé de travailler, du côté catalan, à une fédération (type la Suisse) mais, autour de moi, les personnes sont petit à petit devenues indépendantistes : pas de dialogue, c’est… pas de fédération, il faut bien se rendre à l’évidence. Après le discours du roi des Espagnols, le 3 au soir, une blague circulait ici : "On ne sait pas qui va le plus vite : Rajoy à faire des indépendantistes ou le roi, à faire des républicains !"… Rire pour ne pas pleurer ! L’idée (un objectif ? une chimère ? on verra !) c’est en effet, un pays indépendant et républicain ! La monarchie n’a été restaurée en Espagne que pour assurer la transition après la mort du dictateur (40 ans au pouvoir tout de même ! et ses dernières volontés respectées !) mais la monarchie s’est incrustée et reste, reste… Puigdemont (à prononcer pout-ch-da-monn, le catalan n’est pas une langue phonétique) a voulu encore donner du temps à l’éventuel dialogue et aussi attirer l’attention internationale. On est seuls… mais son discours a déjà porté quelques fruits… Mais dans le fond, j’ai peut-être mal lu, ou pas entièrement, l’article de Charlie Hebdo ??? Ou c’est un coup d'humour très noir ? Dites-moi ! J’y ai eu accès via web… et je n’arrive à concevoir un Charlie Hebdo apportant de l’eau au moulin du PP (Partido Popular, Rajoy and Cº), de l’Europe au gant de fer, de la parole bâillonnée… Et sinon, ben… Charlie Hebdo, Houh houh les cornes !!! Si je m’attendais à celle-là alors !!! C’est vrai que les temps changent et que « tout fout l’camp »… mais quand même… Bon, j’arrête là, au passage, tenez, salutations cordiales aux Corses !!! Non mais ! Amis facebook et amis tout court, on en parle, de tout ça ! Le dialogue, toujours le dialogue !!! Fins ara, salut i pau ! Muriel, des de Catalunya, catalane ET française de coeur, l'un n'excluant en principe pas l'autre ! (Et quand je dis Français, au début de ce post, c'est pas les gens un par un, je sais que vous savez ! )

Pas envie de reproduire ici, vous le comprendrez, la 1ère page du Charlie Hebdo d'hier  "Les Catalans plus cons que les Corses" ! 

En tout cas, c'est dit, et, comme on le sait si bien, "ça va mieux en le disant" !


Allez, à la prochaine ! Mille millions de carabistouilles ! Muriel

*
Et là, c'est le lien pour repêcher le discours du Président Carles Puigdemont, de ce mardi 10 octobre (site du journal Ara, on peut cliquer pour l'avoir en anglais):



martes, 10 de octubre de 2017

Mar, música y remedios literarios...

Y de repente, después de un tiempo de desasosiego por fuera y por dentro... llega un fin de semana muy reparador y... total, gracias a los ingredientes felices de siempre:

- Un paseo por la playa, una visita al Mar, ya que estamos en otoño, no hay tanta gente y la luz es bellísima, un paseo a ritmo, esta vez, lento, meditativo, los pies en el agua y los ojos en la lejanía centelleante

La foto de siempre del paseo de siempre - esta vez a ritmo lento -
8 oct. '17, Muriel

- Un concierto en el Auditori, los echaba de menos pues la temporada no contempla el verano, en la 1ª fila, falta profundidad de vista y oído y en cambio, un privilegio estar tan cerca, sin interferencias, del solista, una intimidad: este fin de semana, el programa era el Concierto para violonchelo de Edward Elgar, interpretado por Daniel Müller-Schott y el OBC, magnífico ! Y la Sinfonia n 3 de Aaron Copland... ¡ Poca broma !

- Una copa de cava después del concierto, celebración del momento presente y la amistad, amenizada - es casi un ritual - con un platito de ensaladilla rusa... Momentos que dejan un buen gusto...

- Y ¡ cómo no ! algún remedio literario, no falla. Este fin de semana acabé de prepararme para la sesión de mi club de lectura en francès, Le Plaisir de Lire, la 1ª de este curso. Había propuesto la lectura de Les gens dans l'enveloppe, de Isabelle Monnin, periodista y novelista francesa. Todavía no está traducida al castellano esta novela-encuesta con fotos y CD con canciones de Alex Beaupain. Para mi, una relectura atenta, conmovida, mucho... Una recomandación de todo corazón.

A propósito, en la biblioteca disponemos de varios libros que hablan de remedios literarios, de biblioterapia o  libroterapia. Os presento éste que me gusta particularmente, todo, desde la portada a la presentación de los remedios, al toque de humor y sonrisa que acompaña las páginas, un placer:


Las autoras, Ella Berthoud y Susan Elderkin, se conocieron estudiando literatura inglesa en la Universidad de Cambridge. Ella es profesora de arte y pintora y Susan es novelista, las dos ejercen también de biblioterapeutas. El título original de este libro, Manual de remedios literarios, subtítulo Cómo curarnos con libros es The Novel Cure, from abandonment to zestlessness: 751 books to cure what ails you... Proponen remedios para males como el divorcio, las náuseas, el miedo al compromiso pasando por el jet lag, la alergia al polen, el dolor de muelas sin olvidar el cansancio, el no saber aprovechar el momento presente o... la gripe masculina... que como bien sabemos es muy diferente de la femenina ;-)

Os deseo un buen día, me despido con un fragmento del... Concierto para violonchelo de Elgar:
youtu.be/cello-concert-Elgar-Muller-Schott

Hasta la próxima, Muriel

sábado, 7 de octubre de 2017

Déclaration d'Ada Colau, maire de Barcelone

C'est volontairement que je choisis, parmi tous les discours contre la violence d'état qui ont été prononcés en Catalogne depuis le 1er octobre, celui d'Ada Colau, maire de Barcelone, du parti En Comú (surgi du mouvement des Indignés), très modérée sur la question catalane et non indépendantiste. Elle l'a publié sur son facebook le 3 octobre à 20h30, jour de la grève générale contre la violence policière à l'égard de gens tranquilles et pacifiques. Le discours pré-enregistré du roi d'Espagne n'avait pas encore été diffusé sur les chaînes de télévision de toute l'Espagne (il l'a été à 21h et fera l'objet d'un autre commentaire):

Je l'ai traduit (traduc. littérale), le voici:

"Le Gouvernement du PP persiste dans son grand mensonge. Ils continuent à nier ce qui est évident pour la presse internationale et pour tous ceux qui ont vu les images de la police en train de charger contre la foule le 1er octobre en Catalogne : il y a eu de la violence, de la brutalité, de l’acharnement.
Il y a longtemps que la droite espagnole a créé une image fausse et déformée de ce qui se passe en Catalogne. Elle parle de totalitarisme, de cohésion sociale brisée, d’une population apeurée par de violents “séparatistes”. Même les mots qu’ils emploient ne sont pas neutres. “Séditieux”, “séparatistes” ne sont pas des termes descriptifs, ils sont chargés d’un imaginaire pervers. On commence à déshumaniser l’autre par les mots… et on finit par ordonner de frapper à coup de matraque les vieilles dames aux portes des écoles en appelant cela “professionnalisme”, “proportionnalité”, “défense de la démocratie”.
Quand il y a deux versions aussi différentes pour expliquer la réalité, le mieux c’est d’analyser les faits.
C’est un fait que le 1er octobre il y a eu 844 personnes blessées. L’une d’entre elles a reçu un impact fort dans un œil et risque de perdre la vue… proportionnalité ? Qu’y a-t-il de proportionnel à un œil? Qu’est-ce qui est proportionnel à pousser une femme dans les escaliers ? À tirer des personnes âgées par les cheveux ?  À la peur qu’ont eue et ont encore les enfants en voyant leurs écoles défoncées ?
Je ne suis pas indépendantiste, je ne suis pas d’accord avec la voie unilatérale. Je l’ai dit à plusieurs reprises et je le répète. Je suis très critique à l’égard du gouvernement de Puigdemont et je n’aime pas la façon dont se sont faites les choses. Mais il y a des choses qui sont supérieures à ce que l’on pense les uns ou les autres et qui devraient tous nous unir, tous ceux qui croyons aux droits, à la liberté et à la démocratie et les défendons: l’usage de la violence de l’état contre une population pacifique est inadmissible.
Aujourd’hui, le porte-parole du gouvernement a appelé “nazis” les Catalans et les Catalanes qui manifestent contre la répression policière. Une fois encore les mots… nazis? Est-il conscient, M. Hernando de ce qu’ont fait nazis? Les nazis ont-ils manifesté pacifiquement pendant des années pour réclamer le droit de vote ? Ont-ils protégé les écoles, les nazis, pendant que des centaines de policiers les matraquaient ? Sérieusement, sont-ce des “nazis”, ces milliers de personnes âgées, femmes, hommes, jeunes et enfants qui aujourd’hui remplissent les rues en chantant  “Nous sommes des gens de paix”? Employer le mot “nazi” avec cette frivolité est une insulte aux victimes du nazisme et il devrait avoir honte.
Si ce que j’écris parvient à passer au travers des barrières de l’information, si c’est lu par les gens qui hors de Catalogne veulent savoir ce qui se passe, je leur demanderais qu’ils essaient d’analyser le conflit sans préjugés, qu’ils osent remettre en question ce que nous disent les porte-paroles du gouvernement. Ce qu’ils nient ou pire, ce qu’ils justifient.
Nous nous retrouvons face à une crise d’état sans précédent et je suis inquiète du blocage total des relations entre les gouvernements catalan et espagnol. Mais ce qui serait réellement, ce serait que les liens de fraternité et d’affection qui nous unissent les gens par la base soient rompus. Nous ne pouvons pas nous le permettre.
On nous a frappé. On nous a fait mal. Ce ne sera pas facile à oublier. Nous avons besoin de  votre soutien. Ce qui s’est passé touche les droits et les libertés fondamentales de tout le monde : les Catalans, les Espagnols, les Européens... aujourd’hui, c’est la Catalogne, demain ça peut être n’importe où ailleurs si ce qui s’est passé devient normal et reste impuni. Si on justifie, on est perdu. Tout le monde y perd. La Démocratie perd.
Nos pères et mères, nos grands-pères et grands-mères, qui se sont battus ensemble à la conquête de cette démocratie, ne nous le pardonneraient pas.
Pour eux, unissons-nous pour la sauver, pour faire partir ceux qui ont ordonné ce non-sens et sont incapables de trouver une solution politique et pacifique. Qui a une responsabilité d’état se doit d’écouter, de respecter la population et de faire des propositions positives, d’offrir des alternatives. Jamais de réprimer une population sans défense."

Voici le link pour trouver son intervention, originellement en castillan (quand je l'ai vu, pour s'adresser au plus grand nombre de personnes. Là, j'ai beau cliquer er recliquer et chercher comment le retrouver en castillan, il n'apparaît qu'en anglais (je perds un peu les nerfs face à ce genre de phénomène, vous y arriverez sans doute mieux que moi !)


De toute façon, j'avais fait un copié-collé du texte en castillan hier ou avant-hier:

"El Gobierno del PP insiste en su gran mentira. Siguen negando lo que es evidente para la prensa internacional y para todo el que haya visto las imágenes de las cargas policiales del 1 de octubre en Catalunya: que hubo violencia, brutalidad, ensañamiento.
Hace mucho tiempo que la derecha española ha creado una imagen falsa y distorsionada de lo que pasa en Catalunya. Hablan de totalitarismo, de convivencia rota, de una población amedrentada por violentos “separatistas”. Ni siquiera las palabras que utilizan son neutras. “Sediciosos” ,“separatistas”, no son términos descriptivos sino cargados de un imaginario perverso. Se empieza deshumanizando al otro a través de las palabras… y se acaba ordenando que aporreen a ancianas en la puerta de las escuelas, y llamando a eso “profesionalidad”, “proporcionalidad”, “defensa de la democracia”.
Cuando hay dos versiones tan diferentes para explicar la realidad, lo mejor es analizar los hechos.
Es un hecho que el 1 de octubre hubo 844 personas heridas. Una de ellas ha recibido un fuerte impacto en el ojo y quizás pierda la visión… ¿proporcionalidad? ¿Qué es proporcional a un ojo? ¿Qué es proporcional a empujar a una mujer por las escaleras? ¿A agarrar a ancianas por los pelos? ¿Al miedo que sintieron y sienten los niños al ver sus escuelas destrozadas?
Yo no soy independentista, no comparto la vía unilateral. Lo he dicho muchas veces y lo repito. Soy muy crítica con el gobierno de Puigdemont y no me gusta cómo se han hecho las cosas. Pero hay algo que está por encima de lo que opinemos unos u otros y que debería unirnos a todos los que creemos y defendemos los derechos, las libertades y la democracia: el uso de la violencia de estado contra población pacífica es inadmisible.
Hoy el portavoz del gobierno llamaba “nazis” a los catalanes y catalanas que se manifiestan contra la represión policial. De nuevo las palabras… ¿nazi? ¿Es consciente el señor Hernando de lo que hicieron los nazis? ¿Se manifestaron los nazis pacíficamente durante años para reclamar el derecho a votar? ¿Defendieron las familias nazis las escuelas mientras cientos de policías los aporreaban? ¿En serio son “nazis” miles de ancianos, mujeres, hombres, jóvenes, niños y niñas que hoy llenan las calles cantando “Somos gente de paz”? Usar la palabra “nazi” con esa frivolidad es un insulto a las víctimas del nazismo y debería darle vergüenza.
Si esto que escribo consigue atravesar barreras informativas, si lo leen todas aquellas personas fuera de Catalunya que quieren saber qué pasa, os pediría, por favor, que intentéis analizar este conflicto sin prejuicios, que os atreváis a cuestionar lo que nos están diciendo los portavoces del gobierno. Lo que están negando o, aún peor, justificando.
Nos encontramos ante una crisis de estado sin precedentes y me preocupa el bloqueo total de las relaciones entre los gobiernos catalán y español. Pero lo realmente triste sería que se acabaran rompiendo los lazos de fraternidad y de cariño que nos unen por abajo, a las personas. No lo podemos permitir.
Nos han pegado. Nos han hecho daño. No será fácil olvidar eso. Necesitamos vuestro apoyo.
Lo que ha ocurrido vulnera derechos y libertades fundamentales de todos: catalanes, españoles, europeos... hoy es Catalunya, mañana puede ser en cualquier otro sitio si lo normalizamos y queda impune. Si lo justificamos, estamos perdidos. Perdemos todos. Pierde la Democracia.
Nuestros padres, madres, abuelos y abuelas que lucharon juntos por conquistarla, no nos lo perdonarían.
Por ellos y ellas, por su legado, juntémonos para salvar la democracia, para echar a quien ha ordenado este despropósito y es incapaz de encontrar una solución política y pacífica. Quien tiene responsabilidad de estado debe escuchar, respetar a la población, hacer propuestas en positivo y ofrecer alternativas. Jamás reprimir a población indefensa."

*****
* Le PP, c'est le Parti Populaire, celui de Mariano Rajoy, à la tête de l'Espagne
* Gobierno, c'est le gouvernement central, de l'Etat Espagnol (à Madrid)
* Carles Puigdemont (à prononcer, grosso modo, carlas-pout-ch-da-monn) est le président de la Generalitat (gouvernement - govern - de Catalogne)
* La femme qui a reçu un coup dans l'oeil a définitivement perdu son oeil.
* Le roi Felipe a en principe, comme fonction principale, celle de médiateur; il n'est normalement avec aucun parti et n'est pas plus en faveur des Galiciens que des Andalous que des Catalans ou que des Castillans (pour ne citer que ces régions autonomes) 

Voilà... à bientôt, Muriel (triste, inquiète, catalane de coeur, favorable à l'indépendance, avant tout pacifique et admirative de la force d'esprit des Catalans dont la consigne est invariablement "le calme, le sourire"...)

viernes, 6 de octubre de 2017

Adéu Jordi, Hola Arbre !

Avui un amic meu ha passat de dir-se Jordi a dir-se Arbre, ha entrat al Tribunal (Registre Civil m'imagino) dient-se d'un nom de sant i n'ha sortit amb el seu nom natural, ell que es sent tan proper als arbres, germà o fill o amic... algun vincle afectiu fort. "Adéu Jordi, Hola Arbre !"

Benvingut Arbre ! 06 oct. '17, Sant Just Desvern
(-©2012-2017 Moonglowlilly)

M'ha fet pensar de quin nom d'arbre m'agradaria dir-me si m'hagués de canviar el meu: des d'Alzina, a... n'hi ha tants, d'arbres per escollir i abraçar i recolzar-s'hi !!! Com tinc un nom celta, d'origen pagà, que m'evoca la mar (muir) i em dóna llum (gheal), em va bé, molt bé, me'l quedo !

Aquesta reflexió m'ha portat fins a aquesta pàgina (amb els noms dels arbres, arbustos i plantes en català, castellà, francès i anglès):

floracatalana.net/llistes/arbres

L'any 2006, amb en llavors Jordi, ara Arbre, vam fer un "llibre", un recull de poemes d'ell i fotografies meves sobre la Vall de Sant Just, Collserola, Paraules i mirades des de la Vall . L'homenatge a la Vall és principalment un homenatge als arbres de la Vall:


Garrofer, és la teva hora
(4 de març de 2006)
a
El teu fruit penja
de totes les branques
la trencada és plena
les garrofes ennegreixen
contrastant amb les altres 
d'un marró fort.
La teva hora ha sonat
de pur vell
t'has trencat
tu que vas conèixer
l'esplendor d'un bosc
ple de germans
la malaltia els va matar
ets un supervivent
majestuós
lluïes al bell mig
del camí a la Font de la Beca.
Ara  retornaràs a la terra
nodriràs el sòl
per fructificar, donar vida
a tota mena de flora.


Garrofer, Vall de Sant Just, Collserola
març 2006, Muriel

El 2014, Jordi-Arbre, que camina i escriu poesia, va fer una Oda a l'arbre que també es va publicar en forma de llibret, amb il·lustracions de l'amic Lluís:



Aquesta pàgina, part XIV, parla d'un baobab; cito ara la part XV, que és un cant a l'olivera:


a Mireu ! Quin tronc ! recargolat, buit en el mig,
l'escorça antiga torna a rebrotar !
Oliveres mil·lenàries, aquella d'allà amb més de dos mil anys
dóna fruits, olives negres molt saboroses,
les prensem i en surt un "elixir de vida", l'oli.

Fins aviat, una abraçada arbòria, Muriel (germana dels arbres i amiga d'Arbre: Arbre, cuida't !)


martes, 3 de octubre de 2017

Una mica de te i molta serenitat... Un peu de thé et beaucoup de sérénité...

Avui em demano una mica de te i molta serenitat...
Hoy quisiera un poco de té i mucha serenidad...
Aujourd'hui je voudrais bien un peu de thé et beaucoup de sérénité...

Una mica de te i molta serenitat, Suite catalana, Antoni Tàpies, 1972
3 d'octubre de 2017, Muriel

C'est une de mes tasses de thé habituelles et c'est ma mappemonde du moment... 
Una de les meves tasses de te preferides i el meu mapamundi actual (sempre en tinc un de gran a una de les parets de casa)
Una de las tazas que me gustan para tomar mi té y un mapa del mundo, que no puede faltar a mi "decor" cotidiano...

Antoni Tàpies, j'aime beaucoup beaucoup:
fr.wikipedia.org/wiki/Antoni-Tapies

Avui és dia de vaga, d'aturada de país, de grans assemblees, de concentracions a les places dels Ajuntaments, de protestes pacífiques contra la violència d'estat... Ara sortiré al carrer...
Aujour'hui c'est jour de grève (le pays à l'arrêt dans toute la Catalogne, grève "politique") contre la violence d'état, de rassemblements devant les Mairies... À plus tard, je descends dans la rue...

À bientôt, hasta luego, fins ara ! Muriel

domingo, 24 de septiembre de 2017

Mercè 2017: el pregó de Marina Garcés


cartell de Javier Mariscal

La Mercè 2017: p. web en català-castellano-français-italiano-english (descripció, programa):

irbarcelona.cat/festes-tradicions-/la-merce-festa-major-barcelona/

El pregó* d'aquesta Mercè 2017 m'agrada molt. Com ho va dir la pròpia Marina Garcés**, filòsofa, encarregada de fer aquest pregó, no era una tasca fàcil, gens... No obstant això, divendres, al Saló de Cent, ens va lliurar, trobo, un text i unes reflexions valuosíssims sobre Barcelona bàsicament i sobre els nostres temps, la paraula i el pensament lliures i més coses o... temes. Em va arribar molt fort.

M'agrada la idea de tenir aquest moment de la lectura d'aquest pregó a l'abast en aquest blog: copio el link de Betevé*** per poder reescoltar-lo, compartir-lo:

beteve.cat/prego-integre-merce-2017-Marina-Garces (text integral)

I aquí, penjo aquesta pàgina de El Periódico de Catalunya amb el text integral escrit:

el-periodico.cat/text-integre-del-prego-merce-2017-marina-garces

Comença així:
"Amics, amigues, 'our guests from Iceland', barcelonins residents, barcelonines de pas, nouvinguts, migrants amb papers i sense papers, joves i no tan joves de Barcelona que heu marxat; treballadors públics que feu funcionar aquesta casa, sigueu polítics, funcionaris, becaris o precaris; gent estimada, parents, amics i coneguts i, sobretot, tots els que no em coneixeu ni sabeu per què estic fent el pregó de la Mercè, bona festa major..."

Bé doncs... A passar-lo bé i fins aviat ! Muriel

3 précisions en français:

* pregó: discours d'ouverture (d'un événement, comme ici la grande fête de la ville)

** Marina Garcés: philosophe et auteure de plusieurs essais, catalane, professeur de philosophie à l'Université de Saragosse, moteur du projet collectif Espai en Blanc (pour la pensée critique et expérimentale), un des concepts clés de sa pensée est "lo común, ce qui nous est commun" (pour le développement d'alternatives face aux crises actuelles), elle défend « la philosophie comme forme de vie, un art qui naît dans la rue et qui continue sans interruption dans les espaces intimes et invisibles » (Marina Garcés, La filosofía nace como arte callejero) (réf. Wikipedia)

*** Betevé: Barcelona TV, la chaîne de télévision de la ville de Barcelone 

**** our guests from Iceland: le pays invité, cette année, pour la grande fête de Barcelone, c'est l'Islande (spectacles, concerts, feux d'artifice...)


À bientôt ! Muriel

sábado, 23 de septiembre de 2017

Septembre, les coings, le soleil plus serein...

Je reçois à l'instant ces photos d'un arbre que j'aime: fin septembre, il regorge de fruits qui doreront au soleil plus tranquille de l'automne qui commence...


"Il n'a jamais été aussi beau", Moulin Ballot,
23 sept. '17, photo Sylvaine



Et par ici, au soleil serein, enfin apaisé, deux tortues "se dorent la pilule" en pleine conscience, j'ai adoré les regarder un moment:

Parc de Torreblanca, 23 sept.'17, Muriel

Entre autres lectures du moment: Thich Nhat Hahn, différents écrits (la pleine conscience, la respiration, l'enfant intérieur...)

Bel automne à vous, à bientôt ! Muriel

martes, 12 de septiembre de 2017

Els arbres que m'esperaven...

Efectivament, m'esperaven més arbres ! M'esperaven ? Esperaven ? Estaven allà, senzillament o... serenament, naturalment. Ni això ho sé, no sé res d'aquells arbres sinó aquella sensació bona de senzillesa, serenor i naturaleza (naturalitat) que em van transmetre, una sensació realment benèfica per a mi... per a ells, no crec o potser sí, ja que els arbres senten les mans a la seva escorça i potser les paraules que els són dirigides. 

Aquella tarda de dissabte va ploure a Moià i després, per això, va tornar a sortir el sol... amb la qual cosa els colors del camp, del cel, es veien frescos, molt lluminosos: una invitació a passejar i respirar.

Després de la pluja, paratges de Moià, set.'17, Muriel

Paratges de Moià, capvespre després d'una tarda plujosa, set.'17, Muriel

L'endemà va fer un temps de finals d'estiu mediterrani, i també va ser una incitació a caminar entre aquells paisatges sempre inclinats a prodigar horitzó.

L'Estany, paratges de Moià, a la llunyania, Montserrat, set.'17, Muriel

L'Estany, paratges de Moià, camí cap a una ermita en ruïna, set. '17, Muriel

Ermita, a mig camí entre Santa Maria i Sant Joan d'Oló, set '17, Muriel

De tornada a Moià, vaig tenir el plaer de llegir una Pregària de l'Arbre, així com un homenatge a l'Arbre Fruiter que, tot proclamant la Verge del Rosari patrona dels arbres fruiters i Alcaldessa Honorària Perpètua de la Vila de Moià (quina gràcia !), honora tots els arbres (acte saludat pel polític Francesc Cambó,1876-1947) i també aquests versos del poeta Joan Maragall (1860-1911). M'agraden molt aquestes mostres de respecte i agraïment als arbres, de lloança ! M'hi afegeixo de tot cor ! 








Mentrestant, els rellotges de sol marcaven eternament l'hora del Moment Present !

Rellotge de sol de Santa Maria de l'Estany, set. '17, Muriel

Abans d'acomiadar-me, us proposo aquesta Musica dels Arbres, Musique des Arbres, de Pierre-Jean Beaudoin, arranjament de Fur Alina, d'Arvo Pärt:


Fins aviat, fins ara mateix ! Muriel (una abraçada per a la Ghislaine qui em va fer descobrir aquesta contrada molt seva !)

miércoles, 30 de agosto de 2017

Un été dans la compagnie des arbres

Les arbres ont été, pour mon plus grand bonheur et pas vraiment par hasard, une si belle compagnie cet été. À un bout de l'écheveau, il y a le frêne pleureur du Moulin Ballot, que je vous ai déjà présenté, et son compère le cognassier, puis en tirant - doucement !- sur le fil, il y d'autres arbres, très beaux ou très bons (ou les deux !).

Je tire donc doucement sur le fil végétal imprimé dans ma mémoire et je revois, près du Moulin Ballot, les pieds dans un étang, des saules pleureurs bondés de hérons, (on ne distingue que quelques points blancs sur la photo, pourtant, c'était impressionnant)

Alentours du Moulin Ballot, Charente Maritime, juin '17, Muriel

Alentours du Moulin Ballot, Charente Maritime, juin '17, Muriel

Ce n'est pas un fil, c'est un ruban ! un ruban sur lequel sont imprimés des bois, en Corrèze, qui se partagent les paysages avec les prés où paissent les limousines, et les arbres du chemin qui longe la Saint-Bonnette à Laguenne (comme elle chante gaiement, la Saint-Bonnette, un plaisir de marcher cette musique ruisselante dans les oreilles), le "Tacot", qu'il s'appelle ce chemin-là, on y avance comme sous la voûte d'une cathédrale, en pleine "architecture des contemplatifs" (l'expression de Nietzsche se représente à moi à chaque occasion depuis les cours de philo au lycée, un legs précieux)

En Corrèze, près de Tulle, (Laguenne) juin '17, Muriel

Corrèze, le "Tacot" au bord de la Saint.Bonnette (Laguenne), juin '17, Muriel

"Architecture des contemplatifs"
Le "Tacot", Corrèze, juin '17, Muriel

La Saint-Bonnette qui chante parmi les arbres et les mains de ma mère,
 juin '17, Muriel

Et le ruban se dévide au dévidoir... c'est le tour des arbres du Parc de Torreblanca. Entre autres (vieilles) connaissances, un micocoulier octogénaire qui a ravi mes trois octogénaires préférés entre tous sur la planète et qui étaient alors en visite chez moi. Il y a aussi eu, dans la plataneraie du Parc, la rencontre avec la huppe fasciée que, de mon côté, j'avais auparavant vue plusieurs jours d'affilée.

La huppe fasciée sur un platane, Torrreblanca, juin '17, Muriel

La huppe fasciée, Torreblanca, juin '17 Muriel

Pin méditerranéen, pignonnier, Torreblanca
juin'17, Muriel

J'aime bien me promener parmi les arbres du Parc de Torreblanca, des pins, des palmiers, des belombras (raisiniers dioïques)... La sécheresse a sévi beaucoup trop fort cette année et c'est triste de voir comme ils ont soif, tous.

Voici encore des photos de belombras (ce n'est pas la première fois qu'impressionnée par leurs racines végéto-minéro-animales je poste des photos sur ce blog), cette fois-ci, ce sont ceux du Mirador de Montjuic. "Moi, ça me ferait presque peur", j'ai entendu dire dans leurs parages. Peur, je ne sais pas, ça me fascine, ça oui:

Racines de belombra, Montjuic, juillet '17, Muriel 

Racines de belombras, Montjuic, juillet '17, Muriel

Je suis aussi allée à un moment donné, comme chaque été, retrouver les arbres de "ma" forêt de Sénart, il y a des chênes que je connais bien, que j'ai vus s'étoffer, qui m'ont vue grandir, vieillir, qui m'ont entendue chanter à tue-tête ou penser tout haut à toute sorte de choses... Je leur suis attachée...

"Mon" chêne 1-  forêt de Sénart, juillet '17, Muriel
"Mon" chêne  2, Muriel

Il y a, bien sûr, imprimés sur le ruban, les arbres de ce jardin auquel je reviendrai toujours et les bons moments de lecture sous la tonnelle (encore elle) des branchages entremêlés du saule pleureur, du boulot, du merisier et de l'un des noisetiers. Au pied du pin d'Autriche, un nid tombé, d'un tout petit oiseau, nul doute :

Nid... de quel oiseau ? Envolé depuis longtemps, à cette époque de l'année
Quincy-sous-Sénart

Puis l'inévitable balade au bord de l'Yerres, dont voici un aperçu (et nous sommes en territoire impressionniste)...

Au bord de l'Yerres à Boussy-Saint-Antoine, août '17, Muriel

Au bord de l'Yerres... j'adore le vert, ma couleur préférée !
et les bords de l'Yerres ! août '17, Muriel

... qui s'est poursuivie par une promenade dans le Parc de la Mairie de Boussy Saint-Antoine et j'ai fait la connaissance des arbres monumentaux qui donnent une valeur folle à ce parc et qui en font la beauté :

ville-Boussy-Saint_Antoine.fr-botanique/parcours

Ça m'a fait terriblement plaisir de voir le séquoia géant:

Le séquoia, du Parc de Boussy - 1
Muriel août '17
Le séquoia du Parc de Boussy - 2
août '17, Muriel
Le séquoia du Parc de Boussy (ma mère et son amie Claude, salut les filles !)
août '17, Muriel

Et ces deux autres arbres aussi, d'après la web du parc, ce sont des... Je vais regarder ça tranquillement:

Parcours botanique, Parc de la Mairie,
Boussy Saint-Antoine, août '17, Muriel

Parcours botanique, Parc de la Mairie,
Boussy-Saint-Antoine, août '17, Muriel

Puis, des baobabs tout à fait inattendus sont littéralement venus à moi ! C'est à dire, une peinture de baobabs. C'est très beau ! Ils sont maintenant chez moi. L'auteure, l'artiste est une amie de mon groupe "élargi" et on m'avait bien dit qu'un jour je verrais ses peintures d'arbres (parce qu'on finit par le savoir, que j'aime les arbres). Je vous mets de ce pas en rapport avec Mick Cailleteau, ses arbres, ses vaches aussi, ses peintures (différentes techniques, vous verrez) et ses brotures (j'en ai vu deux, c'est magnifique, un mariage heureux de broderie et de peinture), allez-y, allez faire un tour sur son site, La palette de Mick !

Ma palette  http://www.mickcailleteau.com

Baobabs, Mick Cailleteau
(la photo est injuste, c'est plus beau que ça)
Bises de Barcelone, Mick !
Muriel, août '17

Je continue à tirer doucement sur le ruban des arbres et là, ce sont les oliviers  du Delta de l'Ebre. Car, dans le va-et-vient des vacances prises par petites portions, me voici revenue en Méditerranée: 

Oliviers du Delta, le Pimpi près de Tortosa, août '17, Muriel

Oliviers du Delta... au loin la chaîne de "Els Ports", août '17, Muriel

Le figuier du Pimpi (nom de la maisonnette amie, dans le Delta), cet arbre merveilleux et généreux que je vous avais présenté au cours d'un autre été, est malade, trop de sécheresse, puis il est vieux... Il donne encore, et encore... la bonté même, un délice !

Retour complet à la bibliothèque, en passant, il y a de très beaux livres qui sont arrivés, toute l'année, sur l'intelligence et la sensibilité végétales, sur les valeurs végétales, la communication, la solidarité, l'amitié.

Par exemple, ceux de l'italien Stefano Mancuso (une référence dans le domaine de la  neurobiologie végétale):
- Des hommes qui aiment les plantes: Histoires de savants du monde végétal
- Sensibilidad e inteligencia en el mundo végétal (j'ai l'impression qu'il n'est pas encore traduit en français)



Voici un entretien de Mancuso sur l'intelligence et la sensibilité végétales:

http://www.slate.fr/story/105137/plantes-intelligentes-droits , intéressant, touchant, très !

Et un livre de la géochimiste et géobiologiste américaine Hope Jahren (je ne crois pas qu'il soit traduit en français non plus), le titre en anglais, c'est Lab girl, a story of trees, science and love (Fille de labo, une histoire d'arbres, de science et d'amour), traduit en castillan par La memoria secreta de las hojas (La mémoire secrète des feuilles, pourquoi un titre si différent, je ne sais pas...)




Voilà, et à l'autre bout de l'écheveau, de ce ruban d'abres,ces livres-là, donc, à la bibli et aussi, ce palmier, que je ne manque pas de saluer au cours de ma pause:


À la Maternitat, Les Corts (BCN) , Muriel

Les vacances sont finies mais.... pas tant que ça ! Il y a bientôt un weekend à Moià, au coeur de la Catalogne, et de beaux arbres m'y attendent !

Je vous laisse à présent en compagnie de Jacques Prévert, que j'aime tant et qui aime beaucoup les arbres, ce poème me touche particulièrement:

A Georges Ribemont-Dessaignes...  

En argot les hommes appellent les oreilles des feuilles
c’est dire comme ils sentent que les arbres connaissent la musique
mais la langue verte des arbres est un argot bien plus ancien
Qui peut savoir ce qu’ils disent lorsqu’ils parlent des humains

les arbres parlent arbre
comme les enfants parlent enfant

Quand un enfant de femme et d’homme
adresse la parole à un arbre
l’arbre répond
l’enfant entend
Plus tard l’enfant
parle arboriculture avec ses maitres et ses parents    
Il n’entend plus la voix des arbres
il n’entend plus leur chanson dans le vent

Pourtant parfois une petite fille
pousse un cri de détresse
dans un square de ciment armé
d’herbe morne et de terre souillée    
Est-ce… oh… est-ce
la tristesse d’être abandonnée
qui me fait crier au secours
ou la crainte que vous m’oubliiez
arbres de ma jeunesse
ma jeunesse pour de vrai    
Dans l’oasis du souvenir
une source vient de jaillir
est-ce pour me faire pleurer
J’étais si heureuse dans la foule
la foule verte de la forêt
avec la crainte de me perdre et la crainte de me retrouver

N’oubliez pas votre petite amie
arbres de ma forêt. 
   
Jacques Prévert, "Arbres" (Histoires)  


Allez, à bientôt ! Muriel, soeur ou fille des arbres (c'était... c'est encore pour quelques jours, un été 2017 dans la bienfaisante compagnie des arbres... et je salue au passage les personnes amies, aimées, qui étaient avec moi auprès de ces arbres au cours de ce périple à droite, à gauche...)