viernes, 21 de julio de 2017

De la tonnelle de frêne au plus lointain souvenir de Jung en passant par les livres sacrés...

Voilà une semaine de cours qui se termine, un cours d'été dans le cadre de Els Juliols a la UB (Les Juillets à l'Université de Barcelone"), une semaine intensive (en combinaison avec mes heures de travail à la bibliothèque), le plaisir de redevenir étudiante, c'est si bon, s'asseoir, écouter, apprendre... puis, d'un cours à l'autre, penser, lire...

Cela faisait longtemps que j'avais envie de m'interessser de plus près à C.G. Jung, de me plonger un peu dans son "inconscient collectif" et de partager sa curiosité sans limite pour le Savoir, par-delà, par-dessous, de part et d'autre du savoir "établi". Jung, médecin psychiatre de formation, a d'une part beaucoup voyagé et d'autre part beaucoup étudié dans des domaines variés: les religions, l'anthropologie, la philosophie, l'alchimie, la physique et la métaphysique pour en citer quelques-uns. Son savoir n'était pas "conventionnel", il accueillait tout ce qui servait à comprendre, à expliquer, explorer les mystères de la vie, de "la conscience" et de "l'inconscient", de la "personne" et de son "ombre", n'hésitant pas à voir ce qu'en disait le tarot, l'I Ching  entre autres sources de savoir occulte.

Jung aussi, et son fascinant concept de synchronicité, car on entend souvent dire, surtout quand le hasard est heureux, "qu'il n'y a pas de hasard"... Et c'est là où je voulais en venir car, bien entendu, l'objet de ce post n'est pas d'y reverser mes notes prises en cours ni de faire un compte-rendu de cette semaine de Juillet à la UB (par ailleurs, un endroit qui a fait si fort partie de ma vie), je voulais tout simplement consigner ici la synchronicité dont j'ai fait l'expérience à deux reprises cette semaine.

La 1ère, c'est le livre des livres sacrés, il n'est pas traduit en français, (dommage, vraiment):  Libros sagrados: los textos que han dado origen a las principales religiones (Arturo Pascual, 2010, ed. Océano Ambar),



Il m'est passé entre les mains, trois heures après qu'on ait parlé de l'I Ching en cours ! Un usager venait le rendre à la bibli ! Les Évangiles apocryphes, le Popol Vuh, les Vedas, le Tao Te King, l'I Ching, etc... une très belle compilation illustrée de textes captivants... C'est tombé à merveille et je l'ai emprunté pour l'été !

La seconde, c'est que m'étant mise à lire le livre (auto-)biographique de Carl Gustav JungMa vie, souvenirs, rêves et pensées, je tombe dès les premières pages sur un souvenir qu'il évoque, "peut-être le plus lointain de ma vie" dit-il. Et là, je suis illico retournée sous la tonnelle de frêne dont je vous parlais dans mon dernier post. Les synchronicités ont ceci de formidable qu'elles apportent de la lumière à un vécu, une image, une pensée, un événement. Je retranscris ici le paragraphe, entier:

" Ici surgit un souvenir, peut-être le plus lointain de ma vie, et qui n'est, pour cette raison, qu'une assez vague impression: je suis étendu dans une voiture d'enfant à l'ombre d'un arbre; c'est un beau jour dété, chaud; le ciel est bleu. La lumière dorée joue à travers les verts feuillages ; la capote de la voiture est levée. Je viens de me réveiller dans cette superbe beauté et je ressens un bien-être indescriptible. Je vois le soleil scintiller à travers les feuilles et les fleurs des arbres. Tout est splendide, coloré, magnifique."

Et ce paragraphe apporte de l'émotion à mes moments sous la tonnelle de frêne, le mois dernier, et précise la nature de la douceur, du confort, du bien-être, du plaisir que j'y ai ressentis; je comprends que ces moments, au-delà du Moment Présent, sont intimement reliés à d'autres moments premiers dans ma vie car enfin on m'a beaucoup promenée en forêt quand j'étais toute petite et je me suis sûrement beaucoup réveillée "dans la lumière dorée jouant à travers le vert feuillage", des moments de l'origine, et, dans le fond si évocateurs de la matrice... Les moments "au sein" de la tonnelle primitive...



Voilà, une semaine bien et agréablement remplie (car en plus, nous étions plusieurs copines à faire ce cours ensemble) et de belles perspectives de lecture ! Et puis, j'aurai bientôt le loisir, si le temps s'y prête (avec un peu de chance) de lire - et sommeiller - sous les branches d'un saule pleureur très familier, tout près des branches d'un bouleau, d'un merisier et de noisetiers tout aussi familiers !

Le livre rouge Liber Novus de  C. G. Jung (sur son bureau)

À bientôt ! Bises à Sylvaine, l'amie de la tonnelle de frêne i petons a les "companyes" de curs, Lola, Lourdes i Ghislaine ! À plus, Muriel (la soeur - ou fille ?!- des arbres)

Jung, pensament, art i clínica :
ub.edu/juliol-jung-inconscient-pensament-art-clinica
(entre el professorat falta el nom de la Dra Anna Ma Gassol, psicòloga i analista junguiana, que va fer la 1a ponència i ens va situar perfectament)

Els Juliols a la UB: http://www.ub.edu/juliols/

miércoles, 5 de julio de 2017

Moment lecture sous une tonnelle naturelle de frêne pleureur dans la chaleur écrasante d'un été précoce

Le mois de juin de cette année 2017 serait "le 4ème plus chaud des 137 dernières années"... Bon... Je ne sais jamais quoi trop faire de ce genre de données statistiques... C'est vrai qu'il a fait - et qu'il n'arrête pas de faire - une chaleur écrasante, de ces chaleurs qui révèlent des oasis... Et il y a des oasis qui, immédiatement, font partie des délices d'une vie, des moments qui s'ancrent en nous... L'oasis, ici, c'est une tonnelle naturelle formée par les branches gentiment pleureuses d'un frêne ayant pris vie dans un jardin ami. Pas vraiment de la fraîcheur plutôt une douceur... L'ombre, le vert et la texture des feuilles de frêne évoquant la soie dans le jeu des rayons du soleil, l'horizon des champs de blé entre les branches et dans ces branches, les oiseaux chantant à tue-tête. À ce décor de tous les sens, y compris celui de l'amitié, ajoutez donc le plaisir de la lecture ! Un bonheur ! C'est à présent un souvenir puissant et j'y retourne régulièrement en pensée pour un "ressourçage" express ou une divagation nonchalante.


Au Moulin Ballot, juin '17, Muriel

Au Moulin Ballot, juin '17, Muriel

Au Moulin Ballot, juin '17, Muriel

Au Moulin Ballot, juin '17, Muriel

Au Moulin Ballot, juin '17, Muriel

Au Moulin Ballot, lecture initiatique pour un moment absolu, juin '17, Muriel

Au Moulin Ballot, Namasté, des mains et des pieds, clin d'oeil à Sylvaine
 juin '17, Muriel

Cet arbre-là, ce frêne pleureur, vit en belle entente avec un certain cognassier dont je vous parlais il y a de cela quelques temps (les fruits de ce cognassier donnant lieu à une si bonne compote de l'amitié ! nous étions alors tout à la fin de l'été...). J'aime les arbres. Il m'est revenu en mémoire, à l'ombre de ce frêne, un moment appartenant à des temps lointains, en pleine jeunesse, où, à l'issue d'une excursion emplie de mystère et de révérence (Ciudad Perdida, Santa Marta, Colombia, en territoire antérieurement Tayrona) et après avoir "crapahuté" (comme je disais - et faisais - alors) j'avais rencontré un arbre que j'avais eu tellement envie de toucher, d'embrasser, que, dans le creux de son écorce, j'avais laissé un mot sur un papier blanc plié sur lequel j'avais écrit Soy la hermana de los árboles (Je suis la soeur des arbres... à moins que, plus prosaïquement, je l'aie simplement écrit sur le cahier des visiteurs, dans la cabane des gardiens du parc, les moments forts - fort beaux - se trouvant souvent embellis par la mémoire). Si longtemps après, je sais, que je suis bel et bien la soeur des arbres, plus que jamais.

À bientôt, merci l'Amie, merci le frêne, salut à toi aussi le cognassier, je vous dis... à la prochaine !
Muriel

PS en 4 volets:

- Pour ce qui est de la lecture initiatique, il s'agit du livre de Peter Kelder, Les 5 tibétains
https://www.babelio.com/livres/Kelder-Les-5-tibetains--Secrets-de-jeunesse-et-de-vitali/664284

- La tonnelle de frêne se trouve dans le jardin d'une amie maître de yoga (d'où la recommandation - et même cadeau - de ce livre). Je vous connecte (reconnecte) avec sa page web et son blog:
https://sylvaine-yoga.com/
https://sylvaine-yoga.com/blog/

- Pour la recette de la compote de l'amitié:
https://books-carabistouilles.blogspot.com/2015/10/la-recette-de-la-compote-la-voici.html

- Et pour saluer le cognassier:
https://books-carabistouilles.blogspot.com/2015/10/cydonia-oblonga-de-lamitie.html


lunes, 12 de junio de 2017

Fent temps mentre no començava l'obra...


Un te a l'Espai Brossa
[la Seca-Espai Brossa]
Juny '17, Muriel

Així de ben servida estava jo esperant que comencés la funció: El Somni d'una nit d'estiu, de Shakespeare, obra revisitada, amb talent, per la companya Pirates Teatre:
http://www.laseca.cat/es/obra/183/somni-duna-nit-destiu-pirates-teatre

(Va valer la pena: el te en aquell raconet simpàtic, la representació, tot ;-) oi Aïna ?!)

Fins ben aviat, Muriel

domingo, 11 de junio de 2017

Coccinelle bio :-)

Je reviens de prendre un panier de légumes bio au petit marché du dimanche matin (des betteraves - je m'en ferai pour la semaine, râpées, avec des graines de toutes sortes et de la bonne bonne bonne huile d'olive-, une laitue - que j'accompagnerai de quelques feuilles de betteraves -, des courgettes, des blettes...) et voilà, je mets tout ça sur l'évier et, en un rien de temps, le coin se peuple de coccinelles, toute jaunes (avec des points noirs, bien entendu !), toute bio, toute mimi :-) Je les prends sur mes doigts et les invite à rejoindre ma menthe et mon basilic sur le balcon-jardin. J'aime bien les tout petits événements comme ça et les coccinelles, c'est tellement un bonheur venu de l'enfance !

Coccinelle bio, juny '17, Muriel

À bientôt ! Muriel et, pour la route, ce joli poème de Robert Desnos:


La Coccinelle

Dans une rose à Bagatelle
Naquit un jour la coccinelle.
Dans une rose de Provins
Elle compta jusqu'à cent-vingt.
Dans une rose à Mogador
Elle a vécu en thermidor.
Dans une rose à Jéricho
Elle évita le sirocco.
Dans une rose en Picardie
Elle a trouvé son Paradis:
Coccinelle à sept points,
Bête à bon Dieu, bête à bon-point.


Pensée pour ma mère qui adore aussi les coccinelles et qui naquit un jour de mai tout près de Provins !

viernes, 2 de junio de 2017

En un post del pasado mes de marzo prometía volver a dar noticias de mi Sanseveria Boncel y sus dos bebés:

http://books-carabistouilles.blogspot.com/2017/03/bebe-sansevieria-cylindrica-un.html

Pues... mirad esto:


Sanseveria cylindrica & familia, junio '17, Muriel


Van creciendo in crescendo, junio '17, Muriel


Tierno, o no ? Hasta otra... con más noticias :-) Muriel

lunes, 29 de mayo de 2017

Biblioteques (pública i universitària) de Freiburg, Alemanya

Les meves escapades es complementen, en general, amb una visita a la biblioteca local i no podia ser d'una altra manera quan vaig passar 4 dies de mini vacances a Freiburg a l'abril. Em va encantar la ciutat i em va agradar molt la biblioteca pública, la Stadtbibliothek, particularment la sala de documents musicals o sobre músics i música. L'edifici és molt bonic i situat al bell cor de la ciutat, un plaer ! La biblioteca universitària és una joia arquitectònica moderna i... refrescant (representa un cub de gel !). A part de visitar les biblioteques, en faig fotos que, és un ritual, faig arribar a la meva companya Rosa que té un blog de... biblioteques del món ! El post que va fer amb les fotos de Freiburg és aquest:

http://librariesoftheworld- biblioteques-i-Sant-Jordi-Freiburg-Alemanya

Petita precisió: la frase "La veritat us farà lliures" és a la façana de la Universitat, no de la biblioteca universitària.

Bé doncs, fins la propera... A reveure ! Muriel

PD: la meva última escapada em va portar cap a un bibliobus: a Sant Martí Sarroca, Alt Penedès, no hi ha biblioteca. Passa el bibliobús El Castellot ;-)
i per si teniu curiositat, us enllaço:
http://bibliotecavirtual.diba.cat/es/bibliobus-el-castellot


martes, 9 de mayo de 2017

Escapada a les terres de l'Alt Penedès


amb Montserrat a la llunyania, maig '17, Muriel
camp obert, vinyes (les del cava, entre d'altres vins)
 i Sant Martí Sarroca al fons, maig '17, Muriel
l'ermita Sant Joan de LLedó, un plaer descansar a la seva ombra, maig '17
la mateixa, tan bonica, rodejada d'oliveres,
envoltada del cant dels ocells, maig '17, Muriel
mirar el país des del balcó, literalment, als voltants del santuari 
de Santa Maria (Torrelles de Foix), maig '17, Muriel 
a Torrelles de Foix, jardí silvestre a dalt d'un mur, maig '17, Muriel
impressionant conjunt històric (medieval) de Sant Martí Sarroca,
maig '17, Muriel
a Sant Martí Sarroca ho saben: el conjunt medieval es formós
i dóna per presumir de skyline ! maig '17, Muriel

Fa un temps, quan es va inaugurar el mural de l'skyline de Sant Just Desvern, vaig fer una entrada sobre el tema en aquest mateix blog. M'agraden les (o els ? línia és femení, no ?!) skylines de les grans ciutats i... m'encanta que les petites - quan no petitones - poblacions (Sant Martí Sarroca) també en facin ostentació, ben orgulloses ! Aquest de Sant Martí és realment bonic, trobo !

Els anteriors, els trobareu a:
books-carabistouilles./2015/05/skylines-en-una-escala-de-major-menor-o.html

Apa, pau, serenitat i cants d'ocells al cap i els ulls plens d'horitzó.. Retrobar-se amb això és un gran plaer, una necessitat ! 

I penso que entraria bé, una copa de cava, ara... En el seu defecte, aquests versos de la Joanna Raspall:


D'una soca molt resseca
surt un pàmpol ufanós,
i després, com un miracle,
en penja un raïm sucós.

- Digues, cep, qui t'ha ensenyat
a treure suc del secà?
Si ens poguessis dir la trampa...
- Què, vindríeu a cavar?


 i aquesta darrera foto, prometedora de futures copes de cava:


camp obert i vinyes, al fons, el poble de Sant Martí Sarroca,
maig '17, Muriel

Fins aviat, Muriel


viernes, 28 de abril de 2017

Flora de finals d'abril i una cançó...




les glicines que m'esperaven :-)
abril '17, Muriel

Profusió de glicines (o wisteria), quina meravella ! 
A Friburg (Freiburg, Alemanya), quin goig que feien,
 una llum esplendorosa... i el perfum dolç, és clar !
 Les glicines fan molt per a l'abril ! 



i altres flors que no m'esperaven però que m'han sigut un regal a la vista !

A Friburg també, el mercat al voltant de la catedral, la Münsterplatz, 
tulipes, margarites, flors molts variades i, no podia faltar, el "muguet"
(que no acaba de tenir nom propi en català, 
en castellà, lirio del valle, és una flor de contrades més cap al Nord),
 una festa tot plegat ! 


i  també, les flors silvestres a alguns parterres, 
les que anomenem males herbes, 
perquè no ens fan servei o estimem que no decoren, 
 en fi, precioses, un cant a la primavera:

m'encanta aquest verd, pura vida i el groc de les flors de dent de lleó,
abril '17, Muriel

Des de Barcelona, passant per Friburg, 
Damunt de tu, només les flors
una cançó que trobo tan bonica,
un poema de Josep Janés, 
amb música de Frederic Monpou 

Damunt de tu, només les flors.
Eren com una ofrena blanca:
la llum que daven al teu cos
mai més seria de la branca;

Tota una vida de perfum
amb el seu bes t’era donada.
Tu resplendies de la llum
per l’esguard clos atresorada.

Si hagués pogut ésser sospir
de flor! Donar-me com un llir,
a tu, perquè la meva vida

s’anés marcint sobre el teu pit.
I no saber mai més la nit
que al teu costat fóra esvaïda.



Apa, fins una propera, que les flors us envoltin sempre, 
bisous pour Aïna, longue vie parmi les fleurs !
pensée pour Marie-Annick (les glycines !), Muriel

martes, 25 de abril de 2017

Ella Fitzgerald, née le 25 avril 1917...

Aujourd'hui Ella, la grande Ella, la formidable Lady Ella, The First Lady of Song, aurait 100 ans !

J'adore sa voix, par-dessus tout ! D'autres voix m'ont émue, accompagnée un bout de chemin, que je ne peux plus écouter ou que je n'ai plus envie d'écouter. Ella, si, toujours ! Un bonheur ! J'ai toujours envie de l'écouter chanter, fabuleuse Bess avec Louis (Armstrong fabuleux Porgy), The Cole Porter Songbook, Ella in Berlin, Ella in Rome... Bref, Ella partout !!!


Ella Fitzgerald-1
Ella Fitzgerald-2

Ella Fitzgerald-3

La formidable Ella Fitzgerald que, dans mes années de prime jeunesse, j'ai eu l'immense bonheur de voir (de mes yeux vue !) et d'écouter en direct, en présence, avec la Des Moines Symphony Orchestra (c'était dans l'Iowa, quite a long time ago). Il y a juste 4 ans, j'avais fait ce post sur ce même blog:

Et puis là, tout de suite, comme une gourmandise nostalgique, I love Paris:

et encore A Tisket a Tasket, Imagination, Lady be good:




On a une sacrée collection de CDs d'Ella Fitzgerald a la bibli,je vais certainement les rassembler autour d'une petite expo-hommage cet après-midi. 

Allez, à la prochaine ! Muriel (bises à Nadine qui a toujours un peu préféré Billie Holiday ;-), à Ghislaine, à Cathy, à Sylvaine et à Gaile ! 

martes, 18 de abril de 2017

Carte postale "nous, un jour" dans la galerie à Bruxelles

Cette carte postale, qu'on n'a jamais achetée, ni écrite, ni envoyée, qui était restée sur le présentoir, qu'on avait simplement regardée dans la galerie à Bruxelles, les Galeries Royales Saint-Hubert, c'était l'été 2012, cette carte postale dans laquelle je m'étais amusée à nous voir, toutes les trois "dans longtemps", un coup de vieux dans l'aile mais toujours "bon pied bon oeil" et en virée pour un nouvel anniversaire rond, ou pas si rond (il arrive un moment où des ronds, il n'y en plus tant que ça à l'horizon), tu vois, cette carte postale, ma Grande Camarade, me visite souvent l'esprit et je repense à ce moment. J'en avais fait une photo:

Carte postale "Mais ! C'est nous, un jour, dans...quelques années !!!"
Bruxelles, juillet 2012

On avait dit que, devant c'était Yona, toujours prompte et studieuse dans les expos, que derrière elle, forcément, comme c'est la plus grande, c'était moi et que toi, Marie-Annick, tu étais derrière moi, contente de l'expo mais surtout d'être avec nous et absolument ravie à l'idée d'aller bientôt faire un tour à la cafétéria du musée en question. On avait ri, j'adorais te taquiner et tu étais bonne joueuse.

Elle est géniale, cette photo, enfin cette carte postale. Toi, ça t'amusait quand même très moyennement de te projeter dans les années, de te voir en vieille dame... Et la vie, qui a plus d'un tour dans son sac, des marrants et d'autres pas du tout, nous en a joué un bien vilain, il y a trois ans déjà... Tu ne seras jamais une vieille dame...

Il fallait que je revois cette photo et que je nous entende rire... C'est fait...

À bientôt, à toujours même, ma Grande Camarade, parce que là, c'est certain, et si l'éternité existe, c'est bel et bien pour toujours ! Amitié ! Muriel (Yona et Pascal, je vous embrasse)

Et pour la route, pour toi qui aimais tellement Léo Ferré, comme moi,
Avec le tempsYouTube-Leo-Ferre-avec-le-temps

domingo, 16 de abril de 2017

I la vida va amb les coses mil de l'abril

En abril, aigües mil !
En abril, petits (grans) plaers de temporada a dojo !
El cant dels ocells, el vol de les orenetes, el cel canviant, la profusió de roselles entre el blat i les males herbes (bones per alguns éssers tan vius com jo), roselles i altres flors silvestres de colors vius...
La primavera ! I una escapada al camp esdevé un re-naixement !

La Riera de Gaià, abril '17, Muriel

La Riera de Gaià, abril '17, Muriel

La Riera de Gaià, abril '17, Muriel

Els arbres amb les fulles noves fan molt de goig...
Definitivament, passejar pel camp dóna vida.
Ahir em van presentar un alzina "al·lucinant" (paraula que van emprar), immensa, de tres troncs, si ens hi endinsem, és com estar dins d'una casa (em va recordar una maloca, lluny, molt lluny d'aquí, fa molt de temps), impressionant

L'Alzina Al·lucinant, Ardenya, abril '17, Muriel

L'Alzina Al·lucinant, Ardenya, abril '17, Muriel

A prop de l'Alzina Al·lucinant, hi havia una pedra-cor, gran, més qu'un cor de veritat, li vaig demanar permís per emportar-me-la. Ara la tinc a prop meu, em fascina... Energia mineral...

La pedra-cor o Pedra-Cor, abril '17, Muriel

Avui, és dia de Pascua i a la Pedra-Cor li han caigut uns ous de xocolata :-)

La Pedra-Cor i els ous de Pascua, abril '17, Muriel

Avui, és un dia serè després d'uns quants dies de tempesta amb les amigues que falten, la gent estimada que està lluny i unes velles "preguntes existencials" que de tant en tant piquen a la porta (és natural, ens coneixem, res greu, la vida va)... 

Per la finestra, veig aquestes flors que em van arribar al mig de la tempesta. Es tanquen del tot quan el sol es posa i l'endemà, quan està al seu zènit, tornen a obrir-se, són molt boniques

Flors d'amistat al cor de la tormenta, abril '17, Muriel

Avui, doncs, és un altre dia per agrair, com ahir, com abans d'ahir, com gairebé tots els dies... Val la pena posar alguns versos a tot plegat:

En un camp de blat,
amb galta vermella,
hi ha una rosella
gronxant i gronxant.
És el tou llebeig
qui al ball la porta,
qui li parla i conta
mil somnis daurats.
La rosella riu
i riu primavera
i el blat espera
un temps per granar.
[...]

J.J. Roca Labèrnia,
La Rosella (fragment)


Fins molt aviat, Muriel... però, abans, també aquests versos de la Joana Raspall, que fan molt per agrair uns dies bonics:

Quin color té l’alegria?
               Jo diria,
el de taronja madura,
el de ginesta florida,
el de rosella del blat…
amb olor fresca d’espígol,
d’aufàbrega i clavells dobles…
i gust, com de ceba tendra,
de raïm, de brot de menta
i rom amb sucre cremat.


Passejada pels camps un dia d'abril, La Riera de Gaià, 04-'17, Muriel

miércoles, 5 de abril de 2017

Souvenirs de Lisbonne, d'ailleurs et d'amitié

Depuis hier midi mes pensées partent vers Lisbonne et reviennent à moi en un manège constant...

Et je nous revois, par exemple, trois reines* heureuses dans la ville, três rainhas em Lisboa, un jour d'été chaud et venteux, c'était en 2003 ou peut-être en 2004...


 As três rainhas Isabel, Patricia e Muriel em Lisboa,
08/2003 ? 2004 ?

Tellement de souvenirs, Lisbonne, les Açores bien sûr ("au milieu de la vie, au milieu de l'océan"), Barcelone, forcément, et un jour, il y a bien longtemps, à la neige (était-ce à la Molina ? à Núria ?) et puis en Galice aussi, à Collioure... Des souvenirs de rires, de confidences, de réflexions sur la vie...

Merci de tout coeur Isabel, Saudades, Amitié, Muriel (bises affectueuses à toi, Patricia, i petons per a tu, estimada Montse)

YouTube-Cristina-Branco-Ai-Vida, un fado avant de dire au revoir... 

*reines ? nous portons toutes les 3 le même pin qui représente une reine d'un château dans l'Alentejo, peut-être celui d'Evoramonte.

jueves, 30 de marzo de 2017

Móvil-conversaciones ajenas que taladran el cerebro en el transporte público

- xyxyxyxyxyxyxyx
- arroz o fideos, arroz o fideos, sí, sí, sí, arroz o fideos, vale
xyxyxyxyxyxyxyx
- arroz o fideos, vale, vale, arroz o fideos, o fideos, sí o fideos
- xyxyxyxyxyxyxxy
- sí, un presupuesto, sí
xyxyxyxyxyxyxyx
- un presupuesto, sí, sí, vale
- .xyxyxyxyxyxxyx
- lentejas, vale, lentejas, lentejas, de acuerdo
- xyxyxyxyxyyxyxy
- el 18, sí, sí, sí, el 18
- xyxyxyxyxyxyxyx
- el diestista, el dietista, el dietistaaaaa... se llama Óscar, el dietista sí, sí, Óscar
- xyxyxyxyxyxyxyx
- eso sí que no lo sé
- xyxyxyxyxyxyxyxy
- eso sí que no lo sé
- xyxyxyxyxyxyxyxyx
- eso sí que no lo sé
- xyxyxyxyxyxxyyx
- o lentejas vale, lentejas, sí, sí
xyxyxyxyxyxyxyx
- vale, arroz o fideos y si acaso lentejas
- xyxyxyxyxyxyxyx
- Óscar, sí, sí
- xyxyxyxyxyxyxyx
- el día 18, sí, el 18
xyxyxyxyxyxyxyx
- sí, vale y el presupuesto

y asi sucesivamente... el tono de voz es fuerte y afable sin entusiasmo, apaciguado (esto último no minimiza el punto "taladrador" !)

¡ Uffff ! ¡ Horrible ! Entre el arroz y los fideos casi casi que pierdo los nervios... Es que viajar en autobus se ha vuelto así, un castigo de la movilmanía, es raro el día que hago el recorrido sin que una conversación de este estilo me taladre el cerebro, y repiten las cosas una vez y otra, y hablan fuerte, y estan sentados justo detrás tuyo, y se despiden una vez y otra vez y vuelven a repetir todo lo que ya han dicho dos, tres, cuatro, hasta cinco veces... Esta conversación de hoy ha sido de las amables y exentas de desgracias e intimidades demasiado... íntimas, que las hay inquietantes, violentas y hasta vomitivas ¡ Uffff ! Se habrá perdido el silencio para rato, imagino... O no necesariamente el silencio pues el ruido de fondo de las conversaciones "en vivo" no molestan tanto... Quiero pensar que llegará, un momento en que esta contaminación de móvil-conversaciones ajenas a grito perdido, que no nos interesan, que invaden el espacio, que no nos dejan disfrutar de un momento en blanco, este ruido, digo yo, se hará ¡ insostenible ! ¿ O no ? En fin... de momento, a tomarlo con filosofía, escucharlo con oído psico-socio-lingüístico, o simplemente meditativo (y volverlo runrún sin importancia, o integrarlo a los pensamientos propios en "modo bus"... ¡ Me cuesta, de momento me cuesta, sí, sí, me cuesta ! ¡ Ay... nooooo, tan integrado, nooooo !

Y esta noche, en el bus de vuelta a casa, otra conversación de este tipo... ¡ Uffff !

Por lo menos, con este post me he ¡ desfogadoooooo !



http://www.higherperspectives.com/smartphones-1406170388.html
"Los nuevos que llegan parecen incapaces de conversar.
Se quedan mirando fijamente sus manos, desesperados"

Me despido, me despido, sí, sí, vale, me despido, sí, adiós, adiós,
Muriel ! ;-)

lunes, 27 de marzo de 2017

Bebé Sansevieria cylindrica, un acontecimiento tierno

Estoy emocionada, me siento feliz: mi Sansevieria Boncel o Sansevieria cylindrica (nombre científico), está teniendo dos bebés ! Anoche estuve mirando como el más avanzado ya salía de la tierra con todo el porte de una Señora Sansevieria, con los piquitos en la cabeza.

¿ Qué és una Sansevieria cylindrica ? Una planta así:


crédito foto:
 http://jardinplantas.com/la-sansevieria-cylindrica

y así:



crédito foto:
https://www.jardineriaon.com/sanseviera.html


o también así:


Mi Sansevieria Boncel particular :-) , Muriel, marzo de 2017
(la hoja más pequeña mide unos 9 o 10 cm)


Son plantas semi-crasas o suculentas (¡me encanta esta palabra !) muy sorprendentes, espectaculares, decorativas a tope. Sus hojas tienen forma de lanzas cilíndricas con pigmentaciones a franjas en diferentes tonos de verdes. Muy elegantes, ellas ! Son originarias de Angola y Kenia principalmente y son plantas muy buenas porque agradecen el menor cuidado, es decir un cuidado menor, casi nada.
Mi planta particular (particular como la rosa del Principito, pues se ve que, al fin y al cabo, son plantas comunes que, en algunos parques, crecen por decenas cuando no por centenares), en fin, que mi Sansevieria cylindrica tiene siete hojas, "una para cada día de la semana", me dijo la señora que me la vendió. ¡ Me gustó ! 


Y el bébé en cuestión es éste:


Bebé Sansevieria cylindrica, Muriel, 29 de marzo del 2017 ☺

Ya está. Era una simple necesidad de compartir, de hacer una crónica de este acontecimiento diminuto y tan tierno :-)  y... si todo va bien, de aquí a unas semanas, vuelvo a dar noticias vegetales !

Hasta la próxima, Muriel