dimarts, 16 d’abril de 2019

Notre-Dame de Paris...

Notre-Dame en proie aux flammes, Notre-Dame qui brûle, une info dure à assimiler tout à coup, puis toutes mes images vécues de Notre-Dame qui affleurent en vrac en même temps que les images du feu, et, inévitablement, la Notre-Dame de Victor Hugo qui se fond à la cathédrale de pierre et de bois du coeur de la Cité...

"Notre-Dame de Paris est en particulier un curieux échantillon de cette variété. Chaque face, chaque pierre du véritable monument est une page non seulement de l'histoire du pays, mais encore de l'histoire de la science et de l'art."

"L'architecture est le grand livre de l'humanité l'expression principale de l'homme à ses divers états de développement, soit comme force, soit comme intelligence"... 

 "Ne crût-on à rien, il y a des moments dans la vie où l'on est toujours de la religion du temple qu'on a sous la main."

et, c'est irréel, de la peine pour Quasimodo, quel désarroi !

"Pour ceux qui savent que Quasimodo a existé," (et je me reconnais là) "... Notre-Dame est aujourd'hui déserte, inanimée, morte. On sent qu'il y a quelque chose de disparu. Ce corps immense est vide ; c'est un squelette ; l'esprit l'a quitté, on en voit la place, voilà tout. C'est comme un crâne où il y a encore des trous pour les yeux, mais plus de regard."

L'histoire poignante de Quasimodo... puis je revois les gargouilles aussi, qui doivent se demander ce que c'est que tout ce feu, ou bien... restent-elles impassibles ? 

Retour sur une belle journée à Paris, c'était en 2005.


c'était un jour, en 2005... Muriel, Paris
le même jour, la même balade... Muriel, Paris

Mes balades à Paris, où j'aime toujours revenir, m'emmènent infailliblement, à un moment ou à un autre, près de Notre-Dame.
Et dans le ciel de Paris, qui est inlassablement changeant, ce jour-là, j'ai vu ça:


le temps avait tourné à l'orage et dans le ciel, au-dessus de la Seine,
j'ai cru voir un coeur... Muriel, Paris



Toutes les citations sont tirées de Notre-Dame de Paris, de Victor Hugo (1831) 




À bientôt, Muriel (pensée profonde pour Marie-Annick, cela fait bien du temps que nos balades sur Paris n'ont plus lieu, interrompues...)



Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada