miércoles, 8 de abril de 2015

Et cet autre poème, també de la Remei Margarit i Tayà

À mon fils, Al meu fill, es titula el poema... À ma fille, A la meva filla, penso jo... Et je pense aussi aux amies et à leurs fils, à leurs filles...Amigues, fills i filles... car, viure els demana, per qui més, qui menys, un dur combat, efectivament.

Al meu fill

El dolor em colpeix les entranyes
quan m'adono
des de la meva impotència
del dur combat
que el viure et demana.
Estimar-te no és prou
ja que la vida
des de tu,
cerca sense treva
l'expressió en les mesures.
Només puc, de lluny estant,
preguntar arreu
per l'esperança.

Remei Margarit i Tayà (De la soledat i el desig)

À mon fils

La douleur me prend au ventre
quand je me rends compte,
impuissante,
du dur combat
que vivre exige de toi.
T'aimer ne suffit pas
car la vie, 
en toi
cheche sans trève
l'expression dans les mesures.
Je ne peux, de loin,
que solliciter à l'entour
l'espoir.

Une traduc à main levée, "peut mieux faire"... Avec la poésie, on peut toujours mieux faire, de toute façon... C'est de son recueil "De la solitude et du désir", des poèmes particulièrement touchants.

Amies qui vous reconnaissez, Amigues, no fa falta dir el vostre nom, una abraçada, forta, je vous embrasse !

L'aubépine et les perce-neige, les flors d'arç i les campanetes d'hivern simbolitzen l'esperança


Aubépine
Perce-neige
 
Fins aviat, à bientôt, Muriel

No hay comentarios:

Publicar un comentario