sábado, 20 de junio de 2009

La courbe de tes yeux - Paul Eluard

Per a mi, un dels poemes d'amor més bell, un des plus beaux poèmes d'amour, un poema de amor de los más hermosos : La courbe de tes yeux, de Paul Eluard. Tellement beau ! C'est pour ma Vache-qui-lit et... pour vous tous qui me lisez, pour tous ceux qui aiment la poésie:

La Courbe de tes yeux

La courbe de tes yeux fait le tour de mon coeur,

Un rond de danse et de douceur,
Auréole du temps, berceau nocturne et sûr,
Et si je ne sais plus tout ce que j'ai vécu
C'est que tes yeux ne m'ont pas toujours vu.

Feuilles de jour et mousse de rosée,
Roseaux du vent, sourires parfumés,
Ailes couvrant le monde de lumière,
Bateaux chargés du ciel et de la mer,
Chasseurs des bruits et sources des couleurs,

Parfums éclos d'une couvée d'aurores
Qui gît toujours sur la paille des astres,
Comme le jour dépend de l'innocence
Le monde entier dépend de tes yeux purs
Et tout mon sang coule dans leurs regards.

Paul ELUARD, Capitale de la douleur, (1926)

La traducció en català és d'en Eduard J. Verger (València) :

La corba dels teus ulls

La corba dels teus ulls volta entorn del meu cor,
Rodona de dansa i dolcesa,
Aurèola del temps, bressol nocturn i ferm,
I si jo ja no sé tot allò que he viscut
És perquè no m’han vist sempre els teus ulls.

Fulles de jorn i escuma de rosada,
Canyissos del vent, somriures perfumats,
Ales que van cobrint el món de llum,
Vaixells abarrotats de cel i mar,
Caçadors dels sorolls i fonts de les colors.

Perfums nascuts d’una covada d’albes
Que encara jau a la palla dels astres,
Com el dia depèn de la innocència
Depèn el món sencer dels teus ulls purs
I en llurs mirades corre tota la meva sang.

Paul ELUARD, Capitale de la douleur, (1926)

À bientôt, fins aviat, Muriel (et un clin d'oeil à Laurence qui est co-auteure d'une édition bilingue français-galicien de Capitale de la douleur et qui m'en a gentiment dédicacé un exemplaire!)

No hay comentarios:

Publicar un comentario