miércoles, 5 de julio de 2017

Moment lecture sous une tonnelle naturelle de frêne pleureur dans la chaleur écrasante d'un été précoce

Le mois de juin de cette année 2017 serait "le 4ème plus chaud des 137 dernières années"... Bon... Je ne sais jamais quoi trop faire de ce genre de données statistiques... C'est vrai qu'il a fait - et qu'il n'arrête pas de faire - une chaleur écrasante, de ces chaleurs qui révèlent des oasis... Et il y a des oasis qui, immédiatement, font partie des délices d'une vie, des moments qui s'ancrent en nous... L'oasis, ici, c'est une tonnelle naturelle formée par les branches gentiment pleureuses d'un frêne ayant pris vie dans un jardin ami. Pas vraiment de la fraîcheur plutôt une douceur... L'ombre, le vert et la texture des feuilles de frêne évoquant la soie dans le jeu des rayons du soleil, l'horizon des champs de blé entre les branches et dans ces branches, les oiseaux chantant à tue-tête. À ce décor de tous les sens, y compris celui de l'amitié, ajoutez donc le plaisir de la lecture ! Un bonheur ! C'est à présent un souvenir puissant et j'y retourne régulièrement en pensée pour un "ressourçage" express ou une divagation nonchalante.


Au Moulin Ballot, juin '17, Muriel

Au Moulin Ballot, juin '17, Muriel

Au Moulin Ballot, juin '17, Muriel

Au Moulin Ballot, juin '17, Muriel

Au Moulin Ballot, lecture initiatique pour un moment absolu, juin '17, Muriel

Au Moulin Ballot, Namasté, des mains et des pieds, clin d'oeil à Sylvaine
 juin '17, Muriel

Cet arbre-là, ce frêne pleureur, vit en belle entente avec un certain cognassier dont je vous parlais il y a de cela quelques temps (les fruits de ce cognassier donnant lieu à une si bonne compote de l'amitié ! nous étions alors tout à la fin de l'été...). J'aime les arbres. Il m'est revenu en mémoire, à l'ombre de ce frêne, un moment appartenant à des temps lointains, en pleine jeunesse, où, à l'issue d'une excursion emplie de mystère et de révérence (Ciudad Perdida, Santa Marta, Colombia, en territoire antérieurement Tayrona) et après avoir "crapahuté" (comme je disais - et faisais - alors) j'avais rencontré un arbre que j'avais eu tellement envie de toucher, d'embrasser, que, dans le creux de son écorce, j'avais laissé un mot sur un papier blanc plié sur lequel j'avais écrit Soy la hermana de los árboles (Je suis la soeur des arbres... à moins que, plus prosaïquement, je l'aie simplement écrit sur le cahier des visiteurs, dans la cabane des gardiens du parc, les moments forts - fort beaux - se trouvant souvent embellis par la mémoire). Si longtemps après, je sais, que je suis bel et bien la soeur des arbres, plus que jamais.

À bientôt, merci l'Amie, merci le frêne, salut à toi aussi le cognassier, je vous dis... à la prochaine !
Muriel

PS en 4 volets:

- Pour ce qui est de la lecture initiatique, il s'agit du livre de Peter Kelder, Les 5 tibétains
https://www.babelio.com/livres/Kelder-Les-5-tibetains--Secrets-de-jeunesse-et-de-vitali/664284

- La tonnelle de frêne se trouve dans le jardin d'une amie maître de yoga (d'où la recommandation - et même cadeau - de ce livre). Je vous connecte (reconnecte) avec sa page web et son blog:
https://sylvaine-yoga.com/
https://sylvaine-yoga.com/blog/

- Pour la recette de la compote de l'amitié:
https://books-carabistouilles.blogspot.com/2015/10/la-recette-de-la-compote-la-voici.html

- Et pour saluer le cognassier:
https://books-carabistouilles.blogspot.com/2015/10/cydonia-oblonga-de-lamitie.html


No hay comentarios:

Publicar un comentario