viernes, 16 de septiembre de 2016

Septembre, poème

Septembre 

Septembre ! Septembre !
Cueilleur de fruits, teilleur de chanvre,
Aux clairs matins, aux soirs de sang,
Tu m'apparais
Debout et beau,
Sur l'or des feuilles de la forêt,
Au bord de l'eau.
En ta robe de brume et de soie,
Avec ta chevelure qui rougeoie
D'or, de cuivre, de sang et d'ambre
Septembre !
Avec l'outre de peau obèse,
Qui charge tes épaules et pèse,
Et suinte à ses coutures vermeilles
Où viennent bourdonner les dernières abeilles !
Septembre !
Le vin nouveau fermente et mousse de la tonne
Aux cruches ;
La cave embaume, le grenier ploie ;
La gerbe de l'été cède au cep de l'automne,
La meule luit des olives qu'elle broie.
Toi, Seigneur des pressoirs, des meules et des ruches,
Ô Septembre ! chanté de toutes les fontaines,
Ecoute la voix du poème.
Le soir est froid,
L'ombre s'allonge de la forêt
Et le soleil descend derrière les grands chênes.


Henri de Régnier 
(poète et romancier français, 1864, Honfleur-1936, Paris, rattaché au mouvement symboliste, grand admirateur de Mallarmé)

Ce poème dit merveilleusement bien ce que le mois de Septembre, parvenu à son zénith, éveille en moi... merveilleusement bien.

À bientôt ! Muriel

No hay comentarios:

Publicar un comentario