sábado, 15 de noviembre de 2014

Il y a 100 ans...

Hommage à Louise Marie, née Luisa Maria, en Italie, dans la campagne novaraise, un village appelé Caltignaga, il y a aujourd'hui exactement 100 ans ! 
100 ans d'Histoire d'un siècle dont elle n'aura vécu qu'un quart. 

Née le 15 novembre 1914 alors que la première guerre mondiale avait déjà éclaté, émigrée, en famille, à l'âge de 6 ans - la sale politique de Mussolini n'était pas faite pour son père - et arrivée en France, de l'autre côté des Alpes, puis rapidement dans la Brie, une région comme celle qu'ils avaient quittée, nourricière, céréalière (pas de riz mais également du blé et à perte de vue) et fromagère (un saut du Gorgonzola au Brie, aux Bries, devrions-nous dire). Elle se marie avec un Briard en 1934, elle a 19 ans et demi, a rapidement deux enfants, la vie semble heureuse... Mais la deuxième guerre mondiale éclate à son tour, elle est tuée le 20 septembre 1940 par des soldats aussi jeunes qu'elle qui occupaient leur joli village, Saint-Loup-de Naud, très belle église romane. Elle a 25 ans. 

une-longue-vie-non-vecue-quelle-connerie-la-guerre (il y a 2 ans j'étais aussi dans sa mémoire à travers ce blog)

Elle aurait, elle a ( ! ) 100 ans. Elle sait, de là où elle se trouve, qu'elle est devenue arrière arrière grand-mère ( ! ) il y a 3 jours. Elle sait que sa fille, ma mère est entourée d'enfants qui l'aiment inconditionnellement (ce qui arrivent, je crois, fréquemment aux personnes inconditionnellement aimantes ). Elle sait que ses deux enfants, ma mère et mon oncle, lui ont donné 6 petits-enfants en tout qui lui ont, pour leur part, donné 7 arrière petits-enfants... Et cette première arrière arrière petite-fille, donc, qui vient de voir le jour... Le cours de la vie...

Il y a des photos et quelques objets, très peu, qui me parlent d'elle, dont celui-ci, que je classe dans ma catégorie "objets merveilleux": un miroir de poche que son mari, mon grand-père, avait fait faire pour emporter avec lui, au front, à la guerre. Pauvres soldats... Un objet touchant, beau, dont voici, à travers le temps, deux images :


Miroir de poche à l'image de ma grand-mère, 
Muriel, nov. '14
Miroir de poche à l'image de ma grand-mère, 
Muriel, nov. '14

Il repose depuis toujours sur la table de nuit de ma mère, sacré et merveilleux...

Je suis heureuse de passer la journée avec ma mère, une journée d'automne "à souhait" en région parisienne, humide et grise mais belle aussi dans son genre. Dans le jardin, à travers les branches dépouillées du saule pleureur, du bouleau, du merisier, je vois une dizaine d'étourneaux qui picorent par terre, deux merles aussi... une tourterelle blanche vient de quitter le saule, elle a pris son envol...

S'il fait meilleur cet après-midi, nous irons du côté de la forêt, en bordure... un peu trop frileux et boueux pour y pénétrer... 

Hommage donc à ma grand-mère, affection vive pour ma mère que j'embrasse, puis mes frères, et nos enfants et... le cours de la vie en ce moment présent.

À bientôt, Muriel

1 comentario: