lunes, 21 de marzo de 2011

Hommage à la vie

Premier jour de printemps, Journée internationale de la poésie, alors: Hommage à la Vie !

Hommage à la vie

C'est beau d'avoir élu
Domicile vivant
Et de loger le temps
Dans un coeur continu,
Et d'avoir vu ses mains
Se poser sur le monde
Comme sur une pomme
Dans un petit jardin,
D'avoir aimé la terre,
La lune et le soleil,
Comme des familiers
Qui n'ont pas leurs pareils,
Et d'avoir confié
Le monde à sa mémoire
Comme un clair cavalier
A sa monture noire,
D'avoir donné visage
A ces mots : femme, enfants,
Et servi de rivage
A d'errants continents,
Et d'avoir atteint l'âme
A petit coups de rame
Pour ne l'effaroucher
D'une brusque approchée.
C'est beau d'avoir connu
L'ombre sous le feuillage
Et d'avoir senti l'âge
Ramper sur le corps nu,
Accompagné la peine
Du sang noir dans nos veines
Et doré son silence
De l'étoile Patience,
Et d'avoir tous ces mots
Qui bougent dans la tête,
De choisir les moins beaux
Pour leur faire un peu fête,
D'avoir senti la vie
Hâtive et mal aimée,
De l'avoir enfermée
Dans cette poésie.


Jules Supervielle

Jules Supervielle (Montevideo, 1884 - Paris, 1960) a écrit ce poème pendant la seconde guerre mondiale. La guerre étant visiblement encore et toujours d'actualité en ce 21 mars 2011 alors plus que jamais: Hommage à la vie, au printemps, à la poésie !

À bientôt ! Belle journée à vous, Muriel (et... merci Cathie!)

Oh et puis un autre poème à lui, pour le plaisir et accompagné de la traduction qu'en a faite en son heure Octavio Paz:

Saisir

Saisir, saisir le soir, la pomme et la statue,
Saisir l'ombre et le mur et le bout de la rue.

Saisir le pied, le cou de la femme couchée
Et puis ouvrir les mains. Combien d'oiseaux lachés

Combien d'oiseaux perdus qui deviennent la rue
L'ombre, le mur, le soir, la pomme et la statue!

Asir

Asir, asir la noche, la manzana y la estatua,
asir la sombra, el muro y el sin fin de la calle.

Asir el cuello, el pie de la mujer tendida
y abrir después las manos. ¡Cuántos pájaros sueltos!

Cuántos perdidos pájaros convertidos en noche,
en calle, muro y sombra, en manzana y estatua.

Feliz día de la primavera, la poesía, la vida !!! Muriel
.

5 comentarios:

  1. Une très belle poesie, Muriel. Maintennent, il nous en manque beaocoup de jolies paraules à nôtre vie. Merci. Je te lis souvent,mais après je ne trouve pas le moment de dire quelque chose. Bises, chère amie.

    ResponderEliminar
  2. MURIEL
    FELIZ PRIMAVERA EN BARCELONA ¡
    Acá ya empezó el otoño pero hace un calor de verano tremendo, para nadar en el río.
    MURIEL
    muy linda la poesía pero ¿por qué está en francés?
    tu blog me sale en francés ¿está bien que asi salga?
    en BARCELONA siguen hablando en español o solo en catalán?
    saludos

    ResponderEliminar
  3. Hola Montse, Patricia & Magú ! Gràcies pels vostres comentaris ! Magú, feliz otoño ! Una cosa: Jules Supervielle escribió su obra en francés(nació en Montevideo de padres franceses y escribió su poesía en la lengua materna, no en la "ambiente"). Las entradas de mi blog aparecen en francés, catalán o castellano porque son mis 3 lenguas cotidianas y según el momento o el tema sale una lengua u otra. No sé si sabes que soy francesa, o sí ? En Barcelona se habla catalán y castellano. Según la Constitución, el catalán es la lengua natural de Cataluña y el catalán y el castellano son las lenguas oficiales. En la calle se oyen los 2 idiomas y yo tengo amigos de habla catalana y otros de habla castellana. La gente catalano-hablante es bilingue y los castellano-hablantes depende si han querido aprender el catalán o no. A mí, me encanta vivir (pensar, escribir...) entre idiomes... Bueno, una abraçada des de BCN ! Muriel, hasta la próxima !

    ResponderEliminar
  4. somos amigos políglotas, jajaa
    un abrazo muriel
    saludos amigos

    ResponderEliminar