martes, 11 de octubre de 2016

Rêve musical, rêve fluvial

Pendant la demi-heure où j'écoute de la  musique classique à la radio, le matin, avant que ne sonne l'alarme "ultimatum", c'est souvent que je ne suis ni réveillée ni endormie et que j'entends la musique dans des rêves. Et ce matin, j'ai fait un rêve merveilleux. Je crois qu'à la radio c'était du piano, du piano seul, comme une sonate, je n'en suis pas sûre.

En tout cas, c'était fluide et mouvementé comme une rivière, c'est devenu une rivière, et j'ai senti une grande joie en moi, j'étais sur une rive de l'Amazone, heureuse de revoir ce fleuve qui m'a tellement marquée.

En même temps, je savais que je n'étais pas actuellement près de l'Amazone, que ça ne pouvait pas être ce fleuve-là, que c'était forcément un cours d'eau de par ici... Alors, un nouveau pic de joie m'a prise, parce que la rivière, de toute façon, se jetterait dans la mer et que, par la mer, l'eau de cette rivière irait rejoindre celle de l'Amazone et que c'était formidable de pouvoir comme ça être en contact. Dans mon rêve, je suivais du doigt le parcours de l'eau depuis l'estuaire en Méditerranée, plein sud le long de la péninsule ibérique, puis le détroit de Gibraltar, puis l'Atlantique, grand ouvert, jusqu'à l'immense embouchure du grand fleuve, à Belem.

Je me suis réveillée - à temps avant l'alarme, en douceur - dans cette joie et cette poésie de la rencontre de ces deux cours d'eau. Un beau rêve, de bonheur et de paix aussi, la paix de me sentir unie, réunie, dans la transparence de l'eau, des verts. Peut-être bien que c'était l'Yerres après tout, qui allait retrouver l'Amazone, parce qu'elle me tient à coeur, cette rivière... ou bien l'Ebre, dont je visite le delta en été, ...

J'y ai repensé pensant la journée et la genèse de ce rêve m'est apparue toute claire. D'abord, j'ai revu il y a peu de temps mes quelques photos du fleuve Amazone, comme ça, pour le plaisir, puis j'ai, cet été, regardé couler l'Yerres avec un plaisir renouvelé et aussi, un matin, il y a quelques temps déjà, j'ai découvert, pendant la demi-heure entre le rêve et "la réalité" où j'écoute de la musique avant de me lever, La Moldau, de Smetana, poème symphonique qui retrace le parcours de la Moldau, ça m'avait enchantée, très beau.

Impossible de savoir de quelle musique il s'agissait ce matin, alors, à ce rêve fluvial, je mets comme fil musical une sonate de Domenico Scarlatti, interprétée par Inger Södergren, j'adore, c'est un de mes CDs fétiches.

youtu.be/Scarlatti-Sonate-en-fa-mineur-Inger-Sodergren

Et puis, voici aussi deux de mes photos de l'Amazone:

Sur le fleuve Amazone, nov. 1984, Muriel

Sur le fleuve Amazone, nov. 1984, Muriel

Allez, à bientôt ! Muriel

et voici le post où je racontais ma découverte de La Moldau:
http://books-carabistouilles.blogspot.com/2015/03/arrangements-pour-harpe-la-vltava.html


1 comentario:

  1. Un état de conscience très particulier, souvent recherché, rarement atteint, délicieusement décrit...
    Namasté-pleine-de-gratitude
    Amitié présente ;)

    ResponderEliminar