jueves, 30 de enero de 2014

Les chaussons de satin blanc...

A mon Père en ce nouveau 30 janvier...

Deux petits chaussons de satin blanc

Combien l'ai-je entendu chanter ça ! et combien je l'entends encore du fond de ma mémoire ! Puis il aimait bien Tino Rossi, alors...

À bientôt, Muriel

No hay comentarios:

Publicar un comentario