lunes, 6 de agosto de 2012

Le plaisir de marcher

Heureuse d'avoir repris la marche, heureuse aussi de pouvoir partager les balades (il y a toujours quelqu'un dans mon entourage "qui irait bien marcher un peu", chic ! assez de "rêveries d'une promeneuse solitaire" à mon actif). Hier matin, une balade dans le massif de Collserola que je fais de temps en temps, le sanctuaire, laid ma foi, de Santa Maria de Collserola, mais qui offre une possibilité de repos à l'ombre, l'antenne, pas bien jolie non plus, de Sant Pere Màrtir, mais c'est comme ça, et puis il y a, tout le temps, toute la ville de Barcelone à nos pieds, pas de la roupie de sansonnet, tout de même, et la mer au loin, fondue dans le ciel el les brumes de chaleur (ou de pollution, et oui, la vie et ses bémols partout !), les vues aussi sur les montagnes, sur les petites villes à l'entour... et tout le long,  la connivence des pins méditerranéens mariés aux figuiers de barbarie... Une balade que j'aime bien faire et que j'aime faire découvrir... 

Là, plongée dans la lecture de Journal d'un corps*, de Daniel Pennac, je tombe sur ça:

51 ans, 1 mois, 12 jours                     Vendredi 22 novembre 1974

Je traverserais trois fois Paris à pied après certaines journées de travail ! Ravi par ma démarche si bien graissée, chevilles souples, genoux stables, mollets fermes, hanches solides, pourquoi rentrer ? Marchons encore, jouissons de ce corps en marche. C’est le bonheur du corps qui fait la beauté du paysage. Les poumons ventilés, le cerveau accueillant, le rythme de la marche entraînant celui des mots, qui se rassemblent en petites phrases contentes. 


Collserola, camí de les Aïgues, Muriel, ag.'12

Voilà... À la prochaine, bel été, bonnes lectures, Muriel

* Le journal d'un corps, Daniel Pennac, NRF, Gallimard, 2012

No hay comentarios:

Publicar un comentario